LES SORCIÈRES DE SALEM.


https://i2.wp.com/users.skynet.be/moony/titrechatnoir.jpgsorciere2tc7.jpg

https://i1.wp.com/www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/diaporama/la-chasse-aux-sorcieres/la-chasse-aux-sorcieres-the-crucible-1996__10/2150445-1-fre-FR/la_chasse_aux_sorcieres_the_crucible_1996_reference.jpg

Le procès des sorcières de Salem est un épisode fameux de l’histoire coloniale des États-Unis qui entraine la condamnation et l’exécution de personnes accusées de sorcellerie en 1692 dans le Massachusetts. Salem est une ville à quelques kilomètres de Boston. Ce procès causa la mort de 25 personnes et l’emprisonnement d’un bien plus grand nombre.

LES FAITS


En 1692, à Salem Village (aujourd’hui Danvers), quelques jeunes filles, notamment Abigail Williams, Ann Putnam et Betty Parris, accusent certains concitoyens de les avoir envoûtées et d’être des sorciers ou des magiciens, alliés de Satan.

Afin de mieux comprendre ce que l’on a toujours appelé « Les procès des sorcières de Salem », il convient déjà d’expliquer l’état d’esprit dans lequel se trouvaient les habitants de Salem et le climat qui régnait dans cette ville en 1692. Au 17e siècle, toute pratique de magie était interdite et même considérée comme relevant de la diablerie. A cette époque, il existait une forte croyance dans l’existence des démons et des forces du mal.

DÉBUT DE L’AFFAIRE

Durant l’hiver glacial de 1691-1692, Betty Parris et Abigail Williams, respectivement fille et nièce du révérend Samuel Parris, se mettent à agir d’une curieuse manière : elles parlent une langue inconnue, se cachent, traînent des pieds en marchant. Les médecins consultés ne parviennent pas à identifier le problème ; l’un d’eux conclut même à une possession satanique. Parris et les autres notables de la ville pressent Betty et Abigail, puis les autres jeunes filles atteintes de manière identique, Ann Putnam, Betty Hubbard, Mercy Lewis, Susannah Sheldon, Mercy Short, et Mary Warren, de nommer ceux qui les ont maudites. Les jeunes filles se décident alors à donner des noms.

Les trois premières femmes accusées sont Sarah Good, Sarah Osborne et Tituba. Sarah Good est une mendiante, fille déshéritée d’une aubergiste française qui s’était donnée la mort quand Sarah était adolescente, une femme louche : elle murmure quand on lui donne de la nourriture. Sarah Osborne est une vieille femme, alitée, qui a mérité la réprobation générale en captant l’héritage des enfants de son premier mari pour le remettre à son nouvel époux. Quant à Tituba, c’est l’esclave barbadienne (ou Ashantis) de Samuel Parris.

Les trois femmes sont officiellement accusées de sorcellerie le 1er mars 1692 et mises en prison. D’autres accusations suivent : Dorcas Good (la fillette de Sarah Good, âgée de 4 ans), Rébecca Nurse (une grand-mère malade et pieuse), Abigail Hobbs, Deliverance Hobbs, Martha Corey, ainsi qu’Elizabeth et John Proctor. Les prisons se remplissent progressivement et un nouveau problème surgit : sans forme légitime de gouvernement, les accusés ne peuvent être jugés. Sarah Osborn est déjà morte en prison sans avoir été jugée, Sarah Good a accouché d’une petite fille, plusieurs autres accusés sont malades. Environ 80 personnes attendent leur procès dans les geôles.

Pendant l’été, la cour est en session une fois par mois. Une seule accusée est relâchée, après que les jeunes accusatrices se rétractent à son sujet. Tous les procès se terminent par la condamnation à mort de l’accusé pour sorcellerie, aucun acquittement n’est prononcé. Seuls ceux qui plaident coupable et dénoncent d’autres suspects évitent l’exécution capitale. Elizabeth Proctor, et au moins une autre femme, bénéficient d’un sursis à exécution « parce qu’elles sont grosses » (« for the belly », enceintes) : quoique condamnées, elles ne seront pendues qu’après la naissance de leur enfant. Une série de quatre exécutions a lieu au cours de l’été, avec la pendaison de 19 personnes, au nombre desquelles : un ministre du culte respecté, un ancien policier qui a refusé d’arrêter davantage de prétendues sorcières, et trois personnes disposant d’une certaine fortune. 6 des 19 victimes sont des hommes ; la plupart des autres sont de vieilles femmes misérables.

Une seule des mises à mort ne s’accomplit pas par pendaison. Giles Corey, un fermier âgé de 80 ans, refuse de se défendre en justice. La loi prévoit dans ce cas l’application d’une forme de torture dénommée peine forte et dure, consistant à empiler une à une de larges pierres sur la poitrine du prévenu, jusqu’à l’écrasement ; après trois jours d’atroces douleurs, Corey meurt en persistant dans son refus de se défendre.

En juin 1692, plus de cent personnes avaient déjà été dénoncées par les deux jeunes filles. La première fut Bridget Bishop qui fut jugée et pendue le 10 juin 1692. Puis ce fut le tour de Rébecca Nurse, de Sarah Good et de beaucoup d’autres. Le tribunal siégea encore en septembre et prononça quinze condamnations, dans les trois jours qui suivirent le procès, les pendaisons eurent lieu.

La population commençait à douter de la véracité des dires des deux jeunes filles, surtout lorsque celles-ci dénoncèrent les juges, qui étaient considérés comme protégés par Dieu lui-même. La ville décida alors de suspendre le tribunal et de chercher des preuves avant de condamner les gens à mort.

ÉPILOGUE

Les procès en sorcellerie s’achèvent en octobre 1692, les accusés sont progressivement mis en liberté jusqu’au printemps suivant.

L’une des deux filles « souffrantes » déclara plus tard : « Nous avons fait ça pour nous divertir et nous nous sommes bien amusées ».

Au total ces deux jeunes filles, Élisabeth Parris et Abigail Williams pour « s’amuser » menèrent plus de 200 personnes innocentes devant la justice et en firent exécuter une trentaine.

CAUSE DE L’HYSTÉRIE

Plusieurs théories tentent d’expliquer pourquoi la communauté de Salem Village a explosé dans ce délire de sorcières et de perturbations démoniaques. Elles s’appuient sur des analyses fondées sur des faits de maltraitance d’enfants, ou de divinations tournant mal, d’ergotisme (le mal des ardents du Moyen-Âge, provoqué par l’ergot de seigle, qui contient une substance que l’on retrouve dans le LSD), de complot de la famille Putnam pour détruire la famille rivale Porter, ou encore s’élaborent sur le thème de l’écrasement social des femmes.

PERSONNAGES

Clergé protestant

  • Révérend Cotton Mather
  • Révérend Samuel Parris
  • Révérend Increase Mather
  • Révérend Francis Dane
  • Révérend Deodat Lawson
  • Révérend Samuel Willard

PRÉSIDENT DE LA COUR

Lieutenant gouverneur William Stroughton

JUGES ASSESSEURS

  • John Hathorn (grand-père de l’écrivain Nathaniel Hawthorne)
  • Samuel Sewall
  • Thomas Danforth
  • Bartholomew Gedney
  • John Richards
  • Nathaniel Saltonstall
  • Peter Sargent
  • Stephen Sewall, Clerk
  • Wait Still Winthrop

POSSÉDÉS
Ceux qui se plaignirent des faits de sorcellerie :

  • Sarah Bibber
  • Elizabeth Booth
  • Sarah Churchill
  • Martha Goodwin
  • Elizabeth Hubbard
  • Mary Lacey (fut aussi accusée d’être sorcière)
  • Mercy Lewis
  • Betty Parris
  • Bethshaa Pope
  • Ann Putnam, Jr.
  • Susanna Sheldon
  • Mercy Short
  • Mary Walcott
  • Mary Warren (fut accusée d’être sorcière quand elle se rétracta et affirma que les jeunes filles étaient des simulatrices)
  • Abigail Williams

ACCUSÉS
Cette liste n’est pas exhaustive. Il y eut entre 150 et 300 accusés de sorcellerie enregistrés, et peut-être plus encore qui ne furent pas emprisonnés :

  • Cne John Alden Jr.
  • Daniel Andrew
  • Sarah Bassett
  • Edward Bishop
  • Sarah Bishop
  • Mary Black
  • Dudley Bradstreet
  • John Bradstreet
  • Sarah Buckley
  • Richard Carrier
  • Candy, esclave de Salem
  • Mary Clarke
  • Sarah Easty Cloyce
  • Sarah Cole
  • Giles Corey
  • Mary Bassett DeRich
  • Ann Dolliver
  • Rebecca Eames
  • Mary English
  • Philip English
  • Abigail Faulkner
  • Ann Foster
  • Dorcas Hoar
  • Abigail Hobbs
  • Deliverance Hobbs
  • Elizabeth Howe
  • Mary Ireson
  • George Jacobs, Jr.
  • Margaret Jacobs
  • Elizabeth Johnson
  • Mary Lacey, Sr.
  • Mary Lacey (également possédée)
  • Sarah Osborne
  • Lila Mantion(disparue avant sa condamnation)
  • Lady Phips, épouse du gouverneur Phips
  • Susannah Post
  • Elizabeth Bassett Proctor
  • Tituba
  • Job Tookey
  • Hezekiah Usher
  • Mary Withridge

EXÉCUTÉS

  • Bridget Bishop – pendue, 10 juin 1692
  • Rev. George Burroughs – pendu, 19 août 1692
  • Martha Carrier – pendue, 19 août 1692
  • Martha Corey – pendue, 22 septembre 1692
  • Giles Corey – écrasé jusqu’à ce que mort s’ensuive, 19 septembre 1692
  • Mary Easty – pendue, 22 septembre 1692
  • Sarah Good – pendue, 19 juillet 1692
  • Elizabeth Howe – pendue, 19 juillet 1692
  • George Jacobs, Sr. – pendue, 19 août 1692
  • Susannah Martin – pendue, 19 juillet 1692
  • Rebecca Nurse – pendue, 19 juillet 1692
  • Alice Parker – pendue, 22 septembre 1692
  • Mary Parker – pendue, 22 septembre 1692
  • John Proctor – pendu, 19 août 1692
  • Ann Pudeator – pendue, 22 septembre 1692
  • Wilmott Redd – pendu, 22 septembre 1692
  • Margaret Scott – pendue, 22 septembre 1692
  • Samuel Wardwell – pendu, 22 septembre 1692
  • Sarah Wildes – pendue, 19 juillet 1692
  • John Willard – pendu, 19 août 1692

DÉCÉDÉS EN PRISON

  • Sarah Osborne
  • « Dr. » Roger Toothaker
  • Ann Foster
  • Lydia Dustin
  • nourrisson de Sarah Good

Références :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sorci%C3%A8res_de_Salem

http://perso.orange.fr/ecole-paroles/html/n46/08-salem.htm

5 réflexions sur “LES SORCIÈRES DE SALEM.

  1. L’histoire est très intersante j’ai 12 ans et je m’interesse deja…
    pour ,ainsi dire
    que l’histoire en elle même est un dégout …
    cause de quelques filles plus de 150 vies gâchés.
    MERCI pour ces informations!!

    J'aime

  2. Merci pour ton blog, grâce à toi j’aurais plus que je ne trouvais que dans un bibliothèque. Je te remercie, car tu vas me permettre d’avancer dans mon roman. Merci beaucoup et trop bien ton blog. . .

    Bye Bye Jordan !

    J'aime

  3. Cest terrible ,
    car il n’y a pas assez de sujet et sur les sujet aussi c’est tres intéressant et divertissant un bonheur !!!!!!!!
    j’en veux ++++++
    les sorcières de salem c super ( quoique court), sur l’ouest américain divin
    je sais qu’en venant sur votre site je ne suis jamais deçus
    merci
    et répondez moi

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s