LES REINES DU CRIME


Dans les auteures de romans policiers et il y en a beaucoup, quelques-unes se démarquent des autres. Patricia Cornwell, Kathy Reichs et la reine incontestée Agatha Christie.

Le 12 janvier 1976, s’éteignait en Angleterre une bien étrange vieille dame. Cette lady de 86 ans avait été mêlée à des affaires de drogue, à des dizaines de meurtres, de vols et de chantages. Elle n’avait pourtant rien à se reprocher. Sauf peut-être son imagination débordante.

Agatha Christie est morte, il y a trente ans tout juste. Et pourtant, personne ne l’a oubliée. On l’appelait la Reine du Crime. Elle a écrit plus de 80 romans, nouvelles et 19 pièces de théâtre. Des intrigues policières palpitantes, que l’on laisse difficilement une fois commencées. Agatha savait y faire pour captiver son lecteur. Elle a vendu 100 000 exemplaires de ses oeuvres. Un record. Agatha n’a été battue que par la Bible et Shakespeare. Elle est connue pour ses héros Hercule Poirot, le Capitaine Hastings, Miss Marple, Tommy et Tuppence Beresford… On lui doit notamment: la mystérieuse affaire de Styles, le crime de l’Orient Express, les Dix petits nègres, le meurtre de Roger Acroyd etc.
Beaucoup des intrigues d’Agatha Christie ont été adaptées au cinéma ou à la télévision.

Une jeunesse anglaise

Agatha Mary Clarissa Miller est née le 15 septembre 1890 à Torquay, dans le Devon. Son père, Frederick, était américain et sa mère, Clarissa, était anglaise.

Agatha vit en Angleterre une enfance heureuse et préservée entre son chien Toby, sa nurse et ses parents. La jeune Agatha a une sensibilité artistique et une imagination débordante. Elle écrit déjà, sur les conseils de sa mère, mais dans un premier temps, elle veut devenir chanteuse d’opéra. Elle abandonnera ce choix à cause de sa trop grande timidité. A 22 ans, elle se fiance à Archibald Christie, un séduisant aviateur qu’elle épousera après la guerre.

C’est pendant la guerre qu’elle écrit son premier roman, à cause d’un pari qu’elle a fait avec sa sœur. Celle-ci lui avait lancé un défi: écrire une intrigue que l’on ne pourrait pas élucider avant les dernières pages. Agatha en écrit un, qui ne sera jamais publié. Puis un autre: la Mystérieuse Affaire de Styles. Il sera publié en 1920. La machine était lancée. Avec un accident toutefois, en 1926.

LA MEILLEURE MISS MARPLE À MON AVIS, MARGARET RUTHERFORD

Margaret Rutherford interpréta Miss Marple dans les années 60 dans 5 adaptations. Elle avait alors 70 ans.

Ici avec Rock Hudson.

Angela Landsbury interpréta quant à elle Miss Marple en 1980 dans The mirror crack’d from side to side.

A la télévision, ce fut Joan Hickson qui joua le rôle de la détective de 1984 à 1992. Extrêmement connue, son interprétation est appréciée par de nombreux fans.

La dernière série mettant en scène Miss Marple date de 2004. Les trois premières saisons (2004-2008) furent jouées par la pétillante Geraldine

McEwan (je l’adore).

Celle-ci ayant décidé de prendre sa retraite, elle fut remplacée par une joviale Julia Mckenzie (ci-dessous) pour les saisons 4 et 5 (2009-2011).  Elle fait une excellente Miss Marple également.

Versions plus modernes, elles mettent en scène de nombreux acteurs britanniques célèbres: James Darcy, Toby Stephen, Benedict Cumberbatch (il joue en ce moment le rôle de Sherlock Holmes dans la nouvelle série de la BBC 2010) , Natalie Dormer, Derek Jacobi, JJ. Field et bien d’autres.

Magie de l’Orient

Cette année-là, la mère d’Agatha dont elle était très proche, décède. Et son mari, le bel Archibald la quitte pour une femme plus jeune. Tout s’écroule autour de l’écrivain, qui connaît alors une panne d’inspiration. Et aussi un étrange épisode d’amnésie. Le 3 décembre de cette année-là, Agatha Christie disparaît. On retrouve sa voiture, abandonnée près d’un étang avec ses papiers, son manteau de fourrure… Douze jours de recherche plus tard, on retrouve Agatha inscrite sous un faux nom dans un hôtel. On ne saura jamais ce qui s’est passé pendant cette disparition.

DAVID SUCHET LE MEILLEUR HERCULE POIROT

UN AUTRE FILM SERA FAIT SUR LE CRIME DE L’ORIENT-EXPRESS AVEC DAVID SUCHET DANS LE RÔLE D’HERCULE POIROT ET SORTIRA LE 12 OCTOBRE 2009.

La jeune femme prend alors l’Orient Express pour aller se changer les idées en Irak. Elle y rencontre un archéologue, quinze ans plus jeune qu’elle. Elle l’épousera et ils ne se quitteront plus jusqu’à la mort de l’écrivain. Ils partageront leur temps entre l’Angleterre et les chantiers de fouilles en Irak et en Syrie. C’est en Orient qu’elle trouvera l’inspiration pour Meurtre sur le Nil, le Crime de l’Orient Express.

Et c’est de ce mélange qu’est née la magie des romans d’Agatha Christie. Un mélange d’Angleterre un peu conventionnelle, avec des passions aussi brûlantes que l’Orient.

https://i1.wp.com/faculty.evansville.edu/ra2/cornwellbw.jpg

PATRICIA CORNWELL

Patricia Cornwell est née en 1956 à Miami. Son père quitte très tôt le domicile conjugal. Sa mère, malade, la confie à un prêcheur évangéliste. A 9 ans, elle écrit un poème très détaillé sur la mort d’Abraham Lincoln. Déjà.

A 24 ans, elle épouse son professeur d’anglais, Charles Cornwell et part s’installer en Virginie. Elle est d’abord journaliste au « Charlotte Observer », pour qui elle interviewe un jour un médecin légiste : c’est la révélation. Embauchée en 1984 à l’institut médico-légal, elle devient parallèlement policier volontaire. Pendant six ans, sur le terrain, elle va acquérir la précision technique qui fera le succès de ses romans.

En 1989, elle divorce de son mari. Un an plus tard, elle écrit son premier roman « Postmortem », mais les éditeurs font la moue devant son manuscrit : ils sont sept à le refuser. Elle décide de le publier à son compte et réussit à convaincre quelques libraires de le mettre en vitrine. Le succès est foudroyant.

Aujourd’hui, « Patricia Cornwell Enterprises » compte huit salariés chargés de gérer l’image et les droits de l’auteur. Abandonnant quelques temps Kay Scarpetta, Patricia Cornwell a ouvert un nouveau chapitre de son oeuvre avec « La ville des frelons », « La griffe du sud » et « L’île des chiens » qui mettent en scène des femmes flics cette fois-ci, mais toujours en Virginie.
En marge de sa notoriété littéraire, Patricia Cornwell a fait la une des journaux à scandales : un agent du FBI, jaloux de la liaison qu’aurait entretenue Patricia Cornwell avec sa femme, a déclaré à la presse qu’elle était homosexuelle. L’auteur a démenti et confié l’affaire à la justice.

Kay Scarpetta son personnage principal est médecin légiste en Virginie. La quarantaine, divorcée, toujours amoureuse au mauvais moment d’un homme forcément inaccessible, Kay n’a pas d’enfant mais couve sa nièce, Lucy, comme une mère-poule.

Kay Scarpetta est aujourd’hui un monument de la littérature policière féminine. Il faut lui reconnaître sa place incontestable de pionnière : première femme héroïne de romans policiers de l’ère moderne, Scarpetta nous invite à partager au fil des tomes les secrets traumatisants de sa table d’autopsie. Avec un sens terrible du détail, mais toujours avec humanité. Flanquée de Pete Marino, le mâle comme on en fait plus : buveur de bière, fumeur, mal fagoté et macho, qu’on adore autant que Kay pour son côté bourru.

Son dernier roman, Registre des morts (Book of the dead) a été publié en 2007 pour la version anglaise et en 2008 pour la version française.

Kathy Reichshttps://i2.wp.com/www.twbooks.co.uk/authors/authorjpgs/kreichs.jpg

KATHY REICHS

BANDE ANNONCE DE SA SÉRIE TÉLÉVISÉE, BONES

Kathy Reichs est une Américaine de 54 ans qui partage son temps entre Montréal, où elle travaille pour le Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec comme anthropologue judiciaire, et la Caroline du Nord, où elle enseigne au département de sociologie et d’anthropologie de l’université, sise à Charlotte.

Mme Reichs fait d’ailleurs de Montréal, où elle séjourne mensuellement, la toile de fond de plusieurs de ses sept romans aux titres souvent bilingues: Déjà Dead s’inspirait des meurtres de Serge Archambault, accusé en 1994 d’avoir tué plusieurs femmes. «La méthode, très raffinée, que le meurtrier avait choisie pour démembrer les corps indiquait qu’il avait été soit chirurgien, soit boucher, ou alors les deux», badinait Mme Reichs, hier. «Finalement, on a appris qu’Archambault avait été boucher.» Quant à Death du jour, il s’inspire de son expérience dans les autopsies des victimes des suicides du Temple solaire: «Ces gens-là croyaient s’envoler pour Sirius, ce qui est une étrange destination dans la mesure où c’est une étoile et non une planète», lance-t-elle de son humour noir. Enfin, Deadly décision se déroule en pleine guerre des motards à Montréal.

Dans ses histoires, Mme Reichs met en scène Temperance Brennan, son alter ego, une anthropologue judiciaire anciennement alcoolique et divorcée («ce n’est pas tout à fait moi», tient-elle à dire) qui fait ce qu’elle-même ne se permettrait jamais, c’est-à-dire prolonger les enquêtes, insister pour débusquer un meurtrier, prendre des risques. «Contrairement à elle, je ne me suis jamais fait tirer dessus.»

Autres occupations de Mme Reichs, décidément hyperactive, elle enseigne au FBI les méthodes de recherche des restes humains. Et travaille en plus pour la DMORT (Disaster Mortuary Operational Recovery Team), une équipe américaine constituée de pathologistes, d’anthropologues judiciaires et de dentistes qui étudient les restes humains dispersés lors de crashs d’avion, de déraillements de train ou encore qui interviennent «lorsqu’un cimetière est inondé pour déterminer quel cadavre va dans quel ‘compartiment’.

Son dernier roman « A tombeau ouvert » est sorti en août 2006 et il est présentement en vente dans les magasins. Elle est d’ailleurs parmi les auteures invitées à la 29ème édition du Salon du Livre de Montréal du 16 au 20 novembre 2006 pour des séances de signatures.

Références :

http://cours.funoc.be/essentiel/article/article_cult.php?idart=414&id_result=Livre

http://www.polarfeminin.com/html/auteurs/cornwell.htm

http://www.ledevoir.com/2005/01/10/72270.html?248

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s