LA DYNASTIE DES VANDERBILTS (1ÈRE PARTIE)


Jan Aertson Van der Bilt 1620-1705
marié à Anneken Hendricks 1629-1655

Aris Van der Bilt 1653-1715
marié à Hilletie Remsen Vanderbeek 1653-

Jacob Van der Bilt I 1692-1760
marié à Denyse Neeltje 1689/98-1770

Jacob Van Derbilt 1723-1766

Jane Vanderbilt 1722-1805
marié à Sampson Howell 17181-1803

Cornélius Van Derbilt 1764-1832
marié à Phebe Hand 1767-1854

Cornélius Vanderbilt 1794-1877
marié en 1813 Sophia Johnson 1797-1868
marié en 1869 à Frank Crawford 1839-1885

Cornélius Vanderbilt (1794-1877)

Sophia Johnson Vanderbilt (1797-1868)

L'image “https://i2.wp.com/www.geocities.com/dyancey3/pic182.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Frank Armstrong Crawford Vanderbilt sa deuxième femme (1839-1885) et sa mère (assise). Quand Vanderbilt l’a épousé (20-08-1869) il avait 76 ans et elle 30.

Cornélius Vanderbilt I (le 27 mai 1794 – 4 janvier 1877), également connu sous les sobriquets de « Commodore » ou « Commodore Vanderbilt », était un entrepreneur américain qui a établi sa richesse dans le transport maritime et les chemins de fer et était le patriarche de la famille Vanderbilt.

Vanderbilt était le quatrième de neuf enfants de Cornélius Vanderbilt et de Phebe Hand, une famille ayant des moyens modestes à Port Richmond sur l’Île de Staten Island à New York.

Son arrière arrière arrière grand-père, Jan Aertson, était un fermier hollandais du village de De Bilt à Utrecht, aux Pays Bas, qui a immigré à New York comme intendant domestique en 1650. The Dutch « van der – of the » a été par la suite ajouté au nom du village d’Aertson pour créer « van der bilt », qui a été par la suite condensé à Vanderbilt. La majeure partie de l’ascendance de Vanderbilt était anglaise, avec son dernier ancêtre d’origine hollandaise Jacob Vanderbilt, son grand-père. Les affaires de Cornélius Vanderbilt étaient les chemins de fer. Le nom de sa compagnie était « Accessory Transit Company ».

Le 19 décembre 1813, Cornélius Vanderbilt a épousé sa cousine et voisine, Sophia Johnson (1797-1868), fille de la soeur de sa mère (Phebe Hand Vanderbilt) Élisabeth Hand Johnson. Son épouse et lui ont eu 13 enfants, 12 ont survécus à l’enfance.

Phebe Hand, Sophia Johnson, and Frank Crawford

Sophia Johnson sa première femme (à gauche) la mère de Cornélius Vanderbilt, Phebe Hand (au centre) et sa seconde femme (à droite) Frank Armstrong Crawford (1839-1885).

L’empire maritime

Ci-dessous : le USS VANDERBILT durant la Guerre Civil (1862-1873).

L'image “https://i1.wp.com/www.history.navy.mil/photos/images/h42000/h42188.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “https://i0.wp.com/www.history.navy.mil/photos/images/h60000/h60881.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Étant enfant, Cornélius Vanderbilt a travaillé aux traversiers à New York, arrêtant l’école à l’âge de 11 ans. À l’âge de 16 ans, il dirigeait ses propres affaires, transportant des marchandises en traversier et des passagers entre les îles de Staten Island et Manhattan.

j’avais fait des études, je n’aurais pas eu le temps pour apprendre toute autre chose.
Cornélius Vanderbilt

Pendant la Guerre de 1812, il a reçu un contrat du gouvernement pour fournir les Forts autour de la ville de New York. Il a piloté et navigué sur des schooners, où il a gagné son surnom de « Commodore. »

En 1818, il a tourné son attention sur les navires à vapeur. La législature de New York avait accordé à Robert Fulton et Robert Livingston un monopole légal de trente ans sur le trafic par bateau à vapeur. C’est-à-dire que la concurrence était interdite par force de loi. Travaillant pour Thomas Gibbons, Vanderbilt a coupé les prix pratiqués par Fulton et Livingston pour le service entre le lien important du Nouveau-Brunswick au New Jersey et Manhattan dans le commerce entre New York et Philadelphie.

Il a évité d’être capturé par ceux qui ont cherché à l’arrêter et à confisquer son bateau. Livingston et Fulton ont offert à Vanderbilt un travail lucratif pour piloter leur bateau à vapeur, mais Vanderbilt a rejeté leur offre. Il a dit « Je ne m’inquiète qu’à moitié de faire de l’argent mais plutôt de faire valoir mon point de vue et pouvoir aller de l’avant. » Pour Vanderbilt, le point important était la supériorité de la libre concurrence et les problèmes dû au monopole accordé par le gouvernement. Livingston et Fulton l’ont poursuivi, la cause est allé devant la Cour Suprême des États-Unis qui a finalement brisé le monopole de Fulton et Livingston sur le commerce.

En 1829, Vanderbilt va vers l’extérieur et fournit le service de vapeur sur l’Hudson River entre Manhattan et Albany, New York. Dans les années 1840, il avait 100 navires à vapeur pour sillonner l’Hudson et était réputé pour avoir les meilleurs employés de n’importe laquelle des entreprises aux États-Unis.

Pendant la ruée vers l’or de 1849 en Californie, il a offert un raccourci par l’intermédiaire du Nicaragua vers la Californie, sauvant 600 milles (960 kilomètres) à la moitié des prix de l’Isthmus of Panama.

L’empire du chemin de fer

Son premier intérêt pour le chemin de fer

Vous vous êtes engagés à me tricher. Je ne vous poursuivrai pas, parce que la loi est trop lente. Je vous ruinerai.
Cornélius Vanderbilt, 1853 – dans une lettre à d’anciens associés d’affaire Morgan & Garrison, l’association de Charles Morgan et de C.K. Garrison.

La participation de Vanderbilt dans le développement précoce du chemin de fer l’a mené à être impliqué dans un des premiers accidents de chemin de fer de l’Amérique. Le 11 novembre 1833, il était passager sur un train de Camden et Amboy qui a déraillé dans les prés près d’Hightstown, New Jersey quand un axe de la locomotive s’est brisé en raison d’une boîte de journal chaude. Il a passé un mois en convalescence récupérant de ses blessures qui comprenaient deux côtes cassées et un poumon perforé. L’ancien Président des États-Unis John Quincy Adams n’a pas été blessé dans cet accident, étant monté dans la voiture devant celle qui a déraillé. Malheureusement le fils de Quincy lui, a été tué.

En 1844, Vanderbilt a été élu en tant que Directeur de la Long Island Railroad, qui a alors fourni un itinéraire entre Boston et la ville de New York par l’intermédiaire d’un transfert de bateau à vapeur. En 1857, il est devenu le Directeur de la New York and Harlem Railroad.

Chemin de fer central de New York

Au début des années 1860, Vanderbilt a commencé à retirer le capital des navires à vapeur et à l’investir dans les chemins de fer. Il a acquis The New York et Harlem Railroad en 1862-63, l’Hudson River Railroad en 1864, et New York Central Railroad en 1867. En 1869, il a fusionnés le New York Central et l’Hudson River Railroad.

Grand Central Depot en 1880

Grand Central Depot 1900

En 1940

https://i0.wp.com/www.visitingdc.com/images/grand-central-station-address.jpg

Grand Central Station Address

Aujourd’hui la gare de Grand Central a fêté ses 100 ans (1er février 1913 – 1er février 2013).

L’emblématique grande gare centrale de New York, connue sous le nom de «Grand Central», qui a échappé de peu à la destruction dans les années 1970, fêtait ses 100 ans vendredi.

Le bâtiment ne voit plus partir de trains de grandes lignes mais ses multiples lignes de trains de banlieue et de métro en font toujours l’un des coeurs battants de la plus grande ville des États-Unis, ainsi qu’une attraction touristique prisée.

Avec son grand escalier, ses chandeliers, son horloge monumentale qui a coûté des millions de dollars et un plafond ou de multiples petites lumières rappellent les constellations du Zodiac, «Grand Central» voit passer plus de 750 000 voyageurs chaque jour.

Pourtant, le bâtiment construit en 1913 sous l’impulsion de la famille Vanderbilt, a failli être rasé dans les années 1970 pour être remplacé par des immeubles de bureaux. Jackie Kennedy avait conduit une campagne de soutien pour sauver l’édifice, qui a finalement été épargné.

«Ce n’est pas facile de durer 100 ans dans une ville en constante évolution», a noté le maire de New York, Michael Bloomberg, au début de la cérémonie marquant l’anniversaire de la gare vendredi.


L'image “https://i0.wp.com/www.dkimages.com/discover/previews/752/229616.JPG” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

La statut du Commodore sur la façade sud du Grand Terminal Central.

Grand Terminal Central

En octobre 1871, Vanderbilt a vue grand en pensant à une association entre le New York et le New Haven Railroad pour joindre les chemins de fer qu’il possédaient, dans le but de consolider les opérations sur un terminal de la 42ème rue Est appelé par la suite le Grand Central Depot avec l’original Grand Central Terminal, où sa statue règne aujourd’hui. Le toit de verre du dépôt s’est effondré pendant une tempête de neige le même jour ou Vanderbilt est mort en 1877. La station n’a pas été remplacée jusqu’en 1903-13.

Rivalité avec Jay Gould

Jay Gould est mort de la tuberculose en 1893 à l’âge de 57 ans. Il a laissé une fabuleuse fortune évaluée à 77 millions de dollars US.

En 1873, il avait prolongé les lignes vers Chicago, Illinois. Pendant ce temps Vanderbilt a essayé d’avoir le contrôle de la Erie Railroad, qui l’a introduit dans un conflit direct avec Jay Gould, qui était alors aux commandes de la Erie. Gould a gagné la bataille pour le contrôle de la compagnie par la liquidation à la baisse de ses actions, que Vanderbilt a achetées en déboursant de gros montants. Vanderbilt a perdu plus de $7 millions dans sa tentative de gagner le contrôle, bien que Gould plus tard lui a remis la majeure partie de son argent. Vanderbilt était accoutumé à obtenir ce qu’il voulait, mais il semble qu’il a rencontré son homme avec Jay Gould. Vanderbilt parlant plus tard de sa perte « Ne jamais donné un coup de pieds à une mouffette ». En fait ce n’était pas la dernière fois que Gould servirait à défier un Vanderbilt. Des années après la mort de son père, William Vanderbilt a gagné le contrôle de la Western Union Telegraph Company. Jay Gould a alors mis sur pied l’American Telegraph Company et a presque expulsé la Western Union des affaires. William Vanderbilt n’a alors eu aucun choix que de racheter la part de Gould, qui a fait un grand bénéfice à partir de cette vente.

L’héritage des Vanderbilts

Après la mort de son épouse, Vanderbilt est allé au Canada où, le 21 août 1869, il a épousé une cousine, une Mme Crawford, de Mobile, Alabama. L’arrière grand-père de Mme Crawford, était un frère de Phebe Hand Vanderbilt (la mère du Commodore) et de Élisabeth Hand Johnson (belle-mère de sa tante maternel). Mme Crawford elle, était de 43 ans plus jeune que son mari. C’est son neveu qui a convaincu Cornélius Vanderbilt d’investir pour ce qui deviendrait l’Université Vanderbilt. C’est au printemps de 1873 à l’âge de 79 ans qu’il a décidé de fonder la Vanderbilt Université avec un don de 1 million de dollars US.

Vanderbilt University

https://i0.wp.com/images.dawgsports.com/images/admin/Vanderbilt_statue.jpg

Impitoyable dans les affaires, Cornélius Vanderbilt a eu la réputation de s’être fait peu d’amis dans sa vie mais beaucoup d’ennemis. Dans ses dernières volontés, il a désavoué tous ses fils excepté William, qui était aussi impitoyable dans les affaires que son père et le seul Cornélius étant capable de maintenir l’empire.

À l’heure de sa mort, âgée de 82 ans, la fortune de Cornélius Vanderbilt a été estimée à plus de $100 millions US. Il a donné $95 millions US à son fils William mais « seulement » $500 000.00 US à chacune de ses huit filles. Son épouse a reçu $500 000.00 US et leur modeste maison de New York et 2 000 parts d’actions ordinaires dans le New York Central Railroad.

Vanderbilt a donné peu de sa vaste fortune aux œuvres caritatives laissant $1 million US qu’il avait promis pour l’Université Vanderbilt et $50 000 à l’Église des étrangers de la ville de New York. Il a vécu modestement, laissant ses descendants construire les maisons des Vanderbilts qui caractérisent l’âge d’or de l’Amérique.

Leurs descendants

Cornélius Vanderbilt a été enterré dans le caveau familial dans le Moravian Cemetery à New Dorp sur l’île de Staten Island. Trois de ses filles et fils, Cornélius Jérémiah Vanderbilt, ont contesté les volontés de leur père en disant qu’il avait eu de folles illusions et avait perdus la raison. La bataille a été perdus en cour mais a duré plus d’une année au terme de laquelle Cornélius Jérémiah Vanderbilt s’est suicidé en 1882.

Mausolé Vanderbilt au Moravian Chruch and Cemetery, Staten Island, New York. En 1885 Cornélius Vanderbilt donna 50 acres de sa propriété au Moravian Church and Cemetery et s’en réserva une partie pour son mausolée.

Vanderbilt est l’arrière arrière arrière grand-père du journaliste Anderson Cooper, fils de Gloria Vanderbilt.

Le Commodore avait 13 enfants, 2 étaient célibataires et un est mort jeune. Sur le côté de William Henry (son fils aîné), personne n’est encore vivant aujourd’hui. Il y a eu une réunion familiale des Vanderbilts en 1995 à la résidence The Breakers à Newport, Rhode Island.

Enfants de Cornélius Vanderbilt et de Sophia Johnson (2ème génération) :

  1. Phebe Jane (Vanderbilt) Cross (1814-1878)
  2. Ethelinda (Vanderbilt) Allen (1817-1889)
  3. Eliza (Vanderbilt) Osgood (1819-1890)
  4. William Henry Vanderbilt (1821-1885)
  5. Emily Almira (Vanderbilt) Thorn (1823-1896)
  6. Sophia Johnson (Vanderbilt) Torrance (1825-1912)
  7. Maria Louisa (Vanderbilt) Clark Niven (1827-1896)
  8. Frances Lavinia Vanderbilt (1828-1868)
  9. Cornélius Jérémiah Vanderbilt (1830-1882)
  10. Mary Alicia (Vanderbilt) LaBau Berger (1834-1902)
  11. Catherine Juliette (Vanderbilt) Barker LaFitte (1836-1881)
  12. George Washington Vanderbilt (1839-1864)

Compagnies de chemins de fer dirigés par Vanderbilt

  • New York and Harlem Railroad (1863-)
  • Hudson River Railroad (1864-)
  • New York Central Railroad (1867-)
  • Canada Southern Railway (1873-)
  • Lake Shore and Michigan Southern Railway (1873?-)
  • Michigan Central Railroad (1877-)
  • New York, Chicago and St-Louis Railroad (Nickel Plate Road) (1882-)
  • West Shore Railroad (1885-)
  • Rome, Watertown and Ogdensburg Railroad
  • Mohawk and Malone Railroad
  • Fall Brook Railway
  • Beech Creek Railroad
  • Dunkirk, Allegheny Valley and Pittsburgh Railroad
  • Cleveland, Cincinnati, Chicago and St-Louis Railway
  • Lake Erie and Western Railroad
  • Pittsburgh and Lake Erie Railroad

Livres sur la famille Vanderbilt

Livre sur le commodorehttps://i2.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/51JXCHN1TAL._AA240_.jpghttps://i2.wp.com/images.barnesandnoble.com/images/14560000/14560543.JPGL'image “https://i1.wp.com/images.amazon.com/images/P/0743264800.01.LZZZZZZZ.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.https://i0.wp.com/www.mentalfloss.com/wp-content/uploads/2006/11/vanderbilt3.jpg

PROPRIÉTÉS DE CORNÉLIUS VANDERBILT : VANDERBILT MANSION


Photo du 1er janvier 1920 du coin de la 5ème Avenue et de la 58ème rue à Manhattan, New York. Ce château de style français est seulement une des trois maison que possède Cornélius Vanderbilt sur la 5ème Avenue. Construit en 1893 par l’architecte Georges P. Post elle sera détruite en 1928 pour faire place au magasin Bergdorf Goodman.

RÉFÉRENCES :

http://en.wikipedia.org/wiki/Cornelius_Vanderbilt

http://fribourg.com.ar/genealogy/Vanderbilt/genealogie/001.genealogie.Vanderbilt.html

www.library.vanderbilt.edu/…/vrr/tales.shtml

http://www.vanderbilt.edu/

2 réflexions sur “LA DYNASTIE DES VANDERBILTS (1ÈRE PARTIE)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s