BING CROSBY ET SON NOËL BLANC





Harry Lillis « Bing » Crosby (le 3 mai 1903 – 14 octobre 1977) était un chanteur et un acteur américain dont la carrière a duré de 1926 jusqu’à sa mort en 1977 à Madrid en Espagne.

Parlons de la première véritable star multimédia. Bing Crosby a eu une énorme influence sur la culture et la musique populaire de 1934 à 1954 où il a tenu sans aucune rivalité le sommet des records de ventes, estimations faites autant par les radios que par ses films. Il est habituellement considéré comme un membre de la « sainte » trinité de la musique populaire des ultras icônes, à côté d’Elvis Presley et des Beatles et il est actuellement la voix humaine le plus électroniquement enregistrée dans l’histoire (Schwartz, 1995).

Crosby est également crédité d’être l’inspiration principale pour la plupart des chanteurs masculins qui l’ont suivi, y compris les Frank Sinatra, Perry Como et Dean Martin. L’impact de Crosby résumé par Tony Bennett, disant que Bing a créé une culture dans le monde de la musique populaire. Il a plus contribué à la musique populaire que n’importe quelle autre personne, il a moulé la musique populaire. Chaque chanteur dans le milieu a pris un petit quelque chose de Crosby.

Yank Magazine a identifié
Crosby en tant que personne qui avait fait le plus, pour le moral des GI’s américains pendant la Deuxième Guerre Mondiale, et pendant ses années records, autour de 1948, il a été voté qu’il a été « l’homme ayant été le plus admiré de son vivant  » bien en avant de Jackie Robinson et le Pape. Le Courier de Philadelphie du 22 novembre 1947, publie que le Music Digest a estimé pendant l’année 1948, la musique ainsi que les enregistrements de Crosby et le résultat est que le décompte rempli plus de la moitié des 80 000 heures hebdomadaires assignées en musique par les radios.

Crosby a également exercé une influence massive sur le développement de l’industrie de la musique d’après-guerre. En 1947, il a investi $50 000 US dans la compagnie Ampex, qui a développé le premier magnétophone à ruban magnétique commercial du monde, et Crosby est devenu le premier interprète au monde à pré enregistrer ses spectacles radiophoniques et ses enregistrements originaux (masters) sur bande magnétique. Il a donné un des premiers enregistreurs du model 200 d’Ampex à son ami, le musicien Les Paul, qui a mené directement à son invention l’enregistrement multivoie. Il était, avec Frank Sinatra, l’un des principaux bailleurs de fonds derrière le fameux United Western Recorders, le célèbre studio d’enregistrement à Los Angeles.

En 1962, Crosby était la première personne à recevoir le Grammy Lifetime Achievement Award.

Le début de sa vie

Harry Lillis Crosby est né à Tacoma, Washington le 3 mai 1904, dans une maison que son père a construite au 1112 rue J nord, Tacoma, Washington. Sa famille a déménagé plus tard à Spokane, Washington en 1906 pour trouver du travail. Il était le quatrième de sept enfants dont cinq garçons, Larry (1895-1975), Everett (né en 1896), Ted (né en 1900), Harry (né en 1903) et Bob (1913-1993) ainsi que deux filles, Catherine (née en 1905) et Mary Rose (née en 1907). Né Anglo-américain son père Harry Lowe Crosby (1871-1950), un comptable et sa mère une Irlandaise américaine du nom de Catherine Harrigan (1873-1964), affectueusement appelée Kate, la fille d’un constructeur du comté de Mayo en Irlande. Ses ancêtres paternels Thomas Prence et Patience Brewster sont nés en Angleterre et ont immigrés aux États-unis au 17e siècle. La famille Brewster est venue en Amérique sur le fameux navire Le Mayflower.


La maison de Tacoma, Washington

Il convient de noter que Bing Crosby n’a aucun certificat de naissance et que sa date de naissance a été un mystère jusqu’à sa petite enfance quand l’Église catholique de Tacoma, Washington, a découvert dans leurs archives un certificat qui indiquait sa date de naissance.

En 1910, Crosby a été rebaptisé pour toujours. A six ans, Harry Lillis a découvert une chronique sur une pleine page dans l’édition du dimanche du Spokesman-Review, qui s’intitulait « The Bingville Bugle ». «  The Bugle » écrit par l’humoriste Newton Newkirk, était une parodie d’un bulletin complet du montagnard avec pleins de racontars, de plaisanteries et de railleries. Une voisine de 15 ans, Valentine Hobart, a été intrigué par l’enthousiasme de Crosby pour « The bugle, » et notant le rire de Crosby, lui a appris à l’aimer et l’a appelé Bingo de Bingville. La dernière voyelle a été abandonnée et le nom a raccourci à Bing, qui l’a accepté.

En 1917, Crosby a pris un travail d’été comme garçon au « Spokane Auditorium » où il était témoin de certains des meilleurs spectacles du jour, y compris un interprète noir du nom d’Al Jonson qui a fasciné Crosby avec sa parodie de chansons hawaïennes. Crosby dirait plus tard que, « selon moi, il était le plus grand amuseur qui ait jamais vécu. »

Bing s’est inscrit comme Jésuite à l’Université de Gonzaga à Spokane, Washington en automne de 1920 avec l’intention de devenir un avocat. Il a maintenu une moyenne de B+. A Gonzaga il s’est fait envoyé par correspondance une batterie. Après beaucoup de pratique il est bientôt devenue assez bon et a été invitée à joindre un groupe local qui était composée la plupart du temps, des garçons du lycée appelés les « Musicaladers, » contrôlé par un certain Al Rinker. Il a fait tellement d’argent en faisant cela qu’il a décidé de laisser tomber les travaux extrascolaires pendant sa dernière année scolaire pour poursuivre une carrière dans le show-business.

Succès populaire en musique

Les « Rhythm Boys » à droite, Bing Crosby, au centre Harry Barris et à gauche Al Rinker.


En 1926, Crosby et son partenaire de duo Al Rinker ont attiré l’attention de Paul Whiteman, indiscutablement le chef d’orchestre le plus célèbre du moment, tout en chantant au Los Angeles Métropolitain Theater. Engagé à $150.00 par semaine, ils ont fait leur début le 6 décembre 1926 au Théâtre Tivoli à Chicago. Leur premier enregistrement, « I’ve got the Girl, » publié par la Columbia, ne leurs a faits aucunes faveurs vocales et pour avoir le son qu’il voulaient, ils chantaient dans une clef beaucoup trop haute pour eux. On a indiqué plus tard que le 78 tours a été enregistré à une vitesse plus rapide qu’il ne devrait. Aussi populaire que le duo de Crosby et Rinker, Whiteman a ajouté un autre membre au groupe, Harry Barris pianiste et compositeur de chansons. Le résultat fut que Whiteman a doublés les « Rhythm Boys » qui ont rejoint l’équipe, le fonctionnement et les enregistrements vocaux de celui-ci avec Bix Beiderbecke, Jack Teagarden, Tommy Dorsey, Jimmy Dorsey et Eddie Lang et les chanteurs Mildred Bailey et Hoagy Carmichael.

Crosby est bientôt devenu l’attraction et tenait le premier rôle des « Rhythm Boys » sans mentionner le groupe de Whiteman, et en 1928 il a fait enregistrer son premier numéro un, une interprétation influencée par le jazz « Ol’ Man River. » Cependant, ses peccadilles répétés et son mécontentement croissant envers Whiteman l’ont forcé à laisser le groupe des « Rhythm Boys » et à joindre l’orchestre de Gus Arnheim. Après la signature avec la maison d’enregistrement Brunswick sous l’appellation de « Jack Kapp and The Rhythm Boys » ils ont été de plus en plus poussés au maximum mettant l’emphase vocale sur Bing, les « Harry Barris and The Rhythm Boys » ont écrit la plupart des succès suivants de Crosby comprenant « At your command » « I Surrender dear » et «Wrap Your Troubles In Dreams. » Cependant, peu de temps après cela les membres du groupe ont laissé tomber et sont partis, ouvrant la porte pour la carrière solo de Crosby.

Pendant les années 30, il est apparu clairement que Bing était le numéro un des chanteurs. Dix chansons du Top 50 pour 1931, ont été des chansons de Bing en solo ou avec d’autres. Indépendamment, dans la « bataille des barytons » avec Russ Columbo, Bing était le roi » ce qui amena un contrat à long terme comme chanteur avec Jack Kapp, une nouvelle maison de disque DECCA Records et d’être la vedette du premier dispositif intégral de 1932, The Big Brodcast, le premier des 55 films dont il sera la vedette. Il est apparu dans un total de 79 scènes.

Pendant ce temps, Bing a fait ses débuts solos à la radio, co vedette avec l’Orchestre de Karl Fenton sur le spectacle radio le plus populaire de CBS. En 1936, il a remplacé son ancien patron, Paul Whiteman, comme hôte au NBC’s Kraft Music Hall un programme de radio hebdomadaire où il resterait pendant les dix années à venir.

Il pouvait ainsi, transformer le chant populaire au delà du genre en s’associant avec un artiste qu’il aimait comme Al Johnson, qui était capable d’atteindre les banquettes arrières dans des théâtres de New York sans aide d’un microphone. Avec Crosby, Henry Pleasants note dans « The Great Américan Popular Singers » que quelque chose de nouveau était entré dans la musique américaine, quelque chose qui pourrait s’appeler « chanter en américain, » avec la facilité de converser en chantant. La singularité de ce nouveau son a mené à l’épithète « chanteur de charme ou crooner. »

Balles de golf pour le Scrap Rubber Drive pendant la deuxième Guerre mondiale.

Crosby a mit beaucoup d’emphase sur ses apparitions en direct devant les troupes américaines de combat dans le théâtre européen. Il a également appris comment prononcer l’allemand pour écrire des manuscrits, et pour lire dans des émissions de propagande destinées aux forces allemandes. Son surnom « Der Bingle » qu’il comprenait lui avait été donné par ses auditeurs allemands et sera utilisé aussi par ses fans anglais. Dans un scrutin parmi les troupes américaines à l’issue de la Deuxième Guerre Mondiale, Crosby a été la première personne de la liste qui a fait le plus, pour le moral des GI’s. (mettant hors-jeu le Président Franklin Delano Roosevelt, le Général Dwight Eisenhower et Leslie Townes Hope.

Le plus grand succès musical de Crosby est l’enregistrement de « Noël Blanc » d’Irving Berlin qu’il a présenté à une émission de radio de 1941, Christmas Season et le film Holiday Inn. L’enregistrement de Bing a établi un record sur les palmarès le 3 octobre 1942, et a grimpé au #1 le 31 octobre, où il est resté pendant 11 semaines. Avec les années, les succès de Bing au palmarès du Top 30 se répèteront 16 fois durant l’année 1945 et encore en Janvier 1947. Cet album demeure l’enregistrement ayant fait les meilleures ventes de Bing, et la chanson qui s’est vendue le plus de tout les temps. En 1998 après une longue absence, sa version de 1947 a battu tous les records en Grande-Bretagne, et en 2006 elle demeure la chanson classique en Amérique du Nord pour la saison des fêtes. Selon le Guinness World Records, le « Noël Blanc de Bing Crosby «  s’est vendu à plus de 100 millions de copies d’albums autour du monde, avec au moins 50 millions de ventes de la chanson.

Le cinéma


Bing Crosby en 1944 aux Academy Awards ou il remporta l’oscar du meilleur acteur pour « Going my way ».

D’après les ventes de billets, Bing Crosby a vendu 1 077 900 000 billets, il est l’acteur le plus populaire de tout les temps avec Clark Gable et John Wayne. Crosby est également, selon le Quigley Publishing Company’s International Motion Picture, pour la seconde fois sur la All Time Number One Stars List avec trois autres acteurs, Clint Eastwood, Tom Hanks, et Burt Reynolds. Le film le plus populaire de Crosby, Noël Blanc, qui a récolté 30 millions de dollars en 1954 et qui une fois l’inflation ajuster équivalait à 233 millions de dollars en 2004. Crosby a également gagné un oscar en tant que meilleur acteur pour « Going my way » en 1944 et a été acclamé par les critiques pour son interprétation d’un artiste alcoolique dans « The Country Girl ».

Plus tard en 1950, la popularité de Crosby a atteint son apogée, et la génération adolescente des baby-boomer a commencé à affecter les ventes de disques à cause de clients plus jeunes. En 1960, Crosby a tenu le premier rôle dans « High Time », une comédie écolière avec Fabian et Tuesday Weld qui a laissé entrevoir le fossé entre les fans plus anciens de Crosby et une nouvelle génération de films et de musique.

Son modèle

Bing Crosby perfectionna une idée qu’Al Johnson avait laissé entendre, à savoir que l’interprète populaire ne doit pas se limiter à une seule partie de son art mais pourrait être un artiste véritable, dans ce cas-ci, un musicien. Avant Crosby, l’art était art et le son était son. Les chanteurs d’Opéra se sont inquiétés de n’être pas entendue sur les balcons supérieurs, Les artistes de vaudeville étaient eux-mêmes plus concerné par leurs costumes et leurs mimiques faciales. Crosby a rendu la différence entre les deux non pertinente. Là où les chanteurs avaient montré strictement des attitudes unidimensionnelles, Crosby a non seulement complètement perfectionné la personne, mais apporté avec elle les moyens techniques d’un véritable artiste de concert. Crosby a projeté sa voix avec un sens majestueux d’intonation et s’est servit de son immense talent avec une connaissance musicale des classiques européens, ce faisant il est devenue une voix dominante de l’ère du Jazz et du Swing. Crosby a également développé une autre idée d’Al Johnson, que Frank Sinatra pratiquera par la suite : exprimer, ou plus spécifiquement, l’art de rendre l’anneau lyrique d’une vrai chanson. « J’avais l’habitude de répéter à plusieurs reprises à Sinatra, » dit Tommy Dorsey, « Il n’y a qu’un seul chanteur que vous devez écouter et son nom est Bing Crosby. Tout ces sujets et ces mots, c’est la seule chose qui doit être, pour toi aussi. »

Les plus grands moments de virtuosité de Crosby était en hausse. On disait souvent que Crosby faisait croire aux chanteurs que sa façon de faire était facile, » ou comme si ce n’était pas du tout du travail : que c’était simplement sa personnalité et sa manière de chanter comme si c’était une prolongation de sa conversation et que cela lui était venu juste comme ça naturellement tout en parlant, ou même en respirant. Le journaliste Donald Freeman dit de Crosby, « Le temps est venue maintenant de faire face à la réalité, il s’avère justement que Bing Crosby est une créature unique et impressionnante, donc un artiste. »

Statistiques sur sa carrière

Bing Crosby est selon les statistiques de ventes, qui le placeraient parmi les pièces musicales les plus populaires et les plus réussis du 20ème siècle, et suggérerait également que Bing Crosby ait joué un rôle central dans l’histoire culturelle et musicale américaine : 1 700 enregistrements, 383 de ceux-ci dans le Top 30 et de ceux-ci, encore 41 ont été # 1. Pendant 15 ans (1934, 1937, 1940, 1943 et 1954) il était parmi les dix premières positions au box-office, et pour cinq de ces années (1944-49) il était le plus grand au monde. Il a chanté à l’Académie Award quatre des chansons qui ont remportées un prix « Sweet Leilani » (1937), « Noël Blanc » (1942), « Swinging on a Star » (1944), « In the cool cool cool on the Evening » (1951) et il a gagné un Oscar pour le meilleur acteur pour « Going my way » (1944). Il a également rassemblé 23 disques d’or et disques de platine dans sa carrière. Il convient de noter que les disques d’or et de platine n’ont pas eu d’existence jusqu’en 1958, après que Crosby eu penser de se retirer. En 1962 Crosby est devenu le premier récipiendaire du Grammy Lifetime Achievement Award, une liste qui contient maintenant une pléthore de légendes musicales. Il a été intronisé au Temple de la Renommée de la radio et la musique populaire. Ses ventes de disques sont estimées entre 500 000 000 (cinq cents millions) à 900 000 000 (neuf cents millions) de dollars américains. Bing est un membre de ce club exclusif des plus grands vendeurs de disques au monde qui incluent Frank Sinatra, Elvis Presley et les Beatles.

Son esprit d’entreprise

La presse

Le désir de Bing Crosby de pré enregistrer ses spectacles de radio, combinées avec un mécontentement en ce qui concerne les enregistrements de disques en aluminium, était un facteur significatif dans le développement de l’enregistrement sur bande magnétique et l’adoption de celle-ci par l’industrie de la radio. Il a employé son pouvoir d’innovation pour introduire de nouvelles méthodes de reproduction. En 1946 il a voulu remplacer sa performance en direct par un enregistrement pour un spectacle de radio hebdomadaire sur la NBC commandité par Kraft. Mais la NBC et son compétiteur CBS ont refusé de permettre des spectacles de radio pré enregistrés (excepté des commerciaux).

La production de spectacles en direct enregistré pour la radio était une tradition profondément établie, renforcée par l’Union des musiciens et l’ASCAP. Le réseau Mutuel, d’une part, avait pré enregistré certains de ses programmes dès l’été 1938, dont « The Shadow » avec Orson Welles. Le nouveau réseau d’ABC, a formé hors de la vente du vieux réseau « NBC Blue » en 1943 avec Édouard Noble, qui était disposé à se joindre au réseau Mutuel en brisant la tradition. Il payerait Crosby $30 000 dollars par semaine pour produire un spectacle enregistré chaque mercredi commandité par la compagnie Philco. Il obtiendrait également $40 000 dollars de 400 stations indépendantes pour les droits du spectacle de 60 minutes qui leur sera envoyée chaque lundi sur trois disques en aluminium de 16 pouces qui seront joué 10 minutes chaque côté à la vitesse de 33 et ⅓ de tours. Crosby a voulu changer la production enregistrée pour plusieurs raisons. La rumeur qui a le plus souvent été dite, est qu’elle lui donnerait plus d’heure pour jouer au golf. Et il a enregistré son premier programme commandité par Philco en août 1947, ainsi il pourrait assister au Tournoi Invitation d’or du Parc National de Jasper en septembre où la nouvelle saison de radio venait de commencer. Mais le golf n’était pas le motif le plus important.

Crosby était un travailleur acharné qui travaillait dur. Il recherchait une meilleure qualité d’enregistrement, non pas, plus de temps libre. Il voulait éliminer les erreurs et contrôler la synchronisation des prestations. Puisque Bing Crosby Enterprises ont produit le spectacle, il pourrait acheter le dernier cris et le meilleur équipement de son et arranger les micros à sa manière (l’emplacement du micro avait été longtemps une question chaudement discutée dans chaque studio d’enregistrement depuis le début de l’ère électrique). En plus, il n’aurait plus à porter un toupet sur le front qu’il détestait, précédemment demandé par CBS et NBC pour ses spectacles, Bing préférait son chapeau. Il pourrait également enregistrer de courts commerciaux pour son dernier investissement, le premier jus d’orange congelé du monde vendu sous la marque Minute Maid.

Bing Crosby avec le premier magnétophone à ruban, le Ampex Model 200, utilisé pour la première fois dans une émission de radio le 25 avril 1948.

Bing Crosby a été un des premiers au États-Unis à fabriqué un enregistreur de bande sonore, le model 200 d’Ampex, qui a été employé pour la première fois pour enregistrer son spectacle radiophonique le 25 avril 1948.

La méthode de transcription a cependant comporté des problèmes. Les disques en aluminium de 16 pouces ont été faits à partir de disques originaux fonctionnant à 78 tours et contenant seulement 4 minutes de chaque côté. Ceci a présenté des problèmes d’édition et de synchronisation qui ont souvent causé des lacunes ou des problèmes dans la présentation du programme de 60 minutes. En outre, l’enduit extérieur d’acétate des disques en aluminium était un peu meilleur que la cire qu’Edison avait employée à la fin du siècle, avec la même gamme dynamique et réponse de fréquences limitées. En juin de 1947, Murdo MacKenzie de Crosby Enterprises ont vu une démonstration du Magnétophon allemand que Jack Mullin avait rapporté de Radio Francfort avec 50 bobines de bande magnétique à la fin de la guerre. Cette machine était l’un des enregistreurs de bande magnétique que la BASF et l’AEG avaient construits en Allemagne à partir de 1935. La bande ferrique de ½ pouces a pu enregistrer 20 minutes par bobine magnétique de son de haute qualité. Alexandre M. Poniatoff a commandé à sa compagnie Ampex (fondée en 1944 de ses initiales A.M.P. plus les lettres débutant le mot « excellence ») de fabriquer une version améliorée du Magnétophon.

Bing Crosby a engagé Terril Mullin et sa machine allemande pour commencer à enregistrer son spectacle commandité par Philco en août 1947 avec les mêmes 50 bobines de bande magnétique de Farben que Mullin avait trouvées à une station de radio chez Bad Nauheim près de Francfort tout en travaillant pour l’unité de signaux de l’armée américaine. Un avantage crucial pour l’édition. Pendant que Bing écrivait son autobiographie, « en utilisant la bande, je pourrais prendre un spectacle de trente-cinq ou de quarante minutes, en extraire une portion de vingt-six ou vingt-sept minutes et le diffuser. De cette manière, nous pourrions enlever les plaisanteries, ou les situations qui n’ont pas bien été et finir avec seulement le principal du spectacle, seulement le meilleur. Nous pourrions également enlever les chansons qui n’ont pas semblé bonnes. Nous n’avons eu qu’une chance pour essayer un enregistrement de chansons dans l’après-midi sans public, puis devant le public en studio. Nous doublerons celui qui est sortit le mieux pour l’enregistrement final. Il nous a donné de la latitude autant que nous avons voulu, sachant que le surplus pourrait être découpée en tranches du produit final. Si je faisais une erreur en chantant une chanson ou dans le manuscrit, je pouvais avoir du plaisir et continuer quand même. » Les mémoires de Mullin en 1976 de ce jour de l’enregistrement expérimental, est conforme à la version de Bing : « En soirée, Crosby a fait son spectacle en totalité devant une assistance. S’il ratait une chanson, le public aimait cela et pensait qu’il était très drôle mais nous devions sortir la version du spectacle et l’enregistrer dans une seule fois. Parfois, si Crosby avait du plaisir avec une chanson et ne la travaillait pas vraiment, nous avons dû la reprendre deux ou trois fois. Cette manière de fonctionner est banale dans les studios d’enregistrements d’aujourd’hui, mais elle était toute nouvelle à ce moment là. »

Crosby a également investi $50 000 dollars US dans Ampex pour produire plus de machines. En 1948, la deuxième saison des spectacles commandité par Philco sur ruban magnétique avec le nouveau magnétophone du model 200 d’Ampex a été présenté en avril à l’aide du nouveau ruban 111 de la compagnie écossaise d’exploitation et de fabrication du Minnesota (3M). Mullin a expliqué que de nouvelles techniques ont été inventées sur les spectacles de Crosby avec ces machines : « Une fois Bob Burns, le montagnard comique, était sur le spectacle, et il s’est mit à raconter quelques unes de ses histoires folkloriques de ferme, qui naturellement n’étaient pas dans le manuscrit de Bill Morrow. Aujourd’hui elles ne sembleraient pas si mal, mais les choses étaient différentes alors à la radio. Elles ont obtenu des énormes rires, qui se sont étirés indéfiniment. Nous ne pouvions pas employer les plaisanteries, mais Bill nous a demandée de sauver les rires. Une couple de semaines plus tard il a fait un spectacle qui n’était pas très drôle, et il a insisté sur le fait que nous avions mis les rires récupérés. Ainsi les rires en boîte étaient nés. » Crosby avait lancé la mode du magnétophone en Amérique. Dans son film « M. Music » de 1950, Bing Crosby a été vu en train de chanter dans un des nouveaux magnétophones d’Ampex qui ont reproduit sa voix mieux que toute autre chose. En outre son ami, Bob Hope adoptera l’enregistrement sur bande magnétique, lui qui fera le fameux film « Road to… » avec Bing et Dorothy Lamour.

Mullina continué à travailler pour que Crosby développe un enregistreur de bande vidéo. La production de télévision était la plupart du temps de phase en ses premières années, mais Crosby voulait la même capacité d’enregistrer qu’il avait réalisé avec la radio. The Fireside Theater commandité par la compagnie Proctor & Gamble était sa première production télévisée pour la saison 1950. Mullin n’avait pas encore réussi avec la bande vidéo, alors Crosby a filmé la série par épisode de 26 minutes aux studios de Hal Roach. Les « téléfilms » ont été envoyés aux stations de télévision et projetés dans un appareil photo en utilisant une chaîne de film. Ce serait la même méthode employée par Desi Arnaz en 1951 pour la production d’I love Lucy, faisant de cette méthode le modèle de l’industrie pour la syndication indépendante des séries télévisées. Crosby n’est pas resté un producteur de télévision mais a continué à financer le développement de la bande vidéo. Mullin démontrerait une image trouble le 30 décembre 1952, mais il ne pouvait pas résoudre le problème de la vitesse élevée de la bande. C’est l’équipe d’Ampex menée par Charles Ginsburg qui a fait le premier enregistreur de bande vidéo. Plutôt que la bande soit expédier à travers les chefs fixes à 100 IPS, Ginsburg a utilisé les têtes tournantes au disque à une pente sur bande se déplaçant à seulement 15 IPS. Le modèle quadruplex VR-1000 de balayage a été démontré au National Association of Broadcasters Show à Chicago le 14 avril 1956, et fut un succès immédiat. Ampex a fait 4 millions de dollars de ventes pendant la convention NAB et en 1957 la plupart des productions de télévision ont été faites sur bande vidéo. Ampex a développé un système de bande vidéo couleur en 1958 et a enregistré la vive discussion (doublée la « discussion de cuisine ») entre Khrushchev et Nixon sur un modèle de démonstration à la foire commerciale le 25 septembre 1959 de Moscou. Pendant ce temps, Crosby a vendu ses intérêts dans la bande vidéo à la compagnie 3M et n’a plus joué le rôle de pionnier du magnétophone. Pourtant sa contribution a été cruciale. Il a ouvert la porte à la machine de Mullin en 1948 et a financé les premières années de la compagnie Ampex. La diffusion rapide de la révolution du magnétophone a été provoquée par les efforts de Crosby.

La décennie suivant la fin de la Deuxième Guerre Mondiale a été le témoin de ce qui s’est appelé la « révolution du son. » Decca Company a présenté les disques de 78 t/mn (plein enregistrement de chaîne de fréquence) qui ont eu la réponse en fréquence la plus fine de n’importe quel processus d’enregistrement avant l’enregistrement de bande magnétique. La méthode de Decca de réduire la taille de la cannelure et de concevoir une aiguille elliptique sensible pour dépister les côtés de la cannelure serait la même innovation du nouveau processus de microgravage présenté par la Columbia en 1948 sur le nouveau disque vinyle de 33 ⅓ t/mn. Le commanditaire Philco de Crosby se joindra à la Columbia en vendant de nouveaux tourne-disques avec une aiguille en diamant pour $29.95. L’Ampex Company de Crosby s’est jointe à Magnecord, Webcor, Revere et Fairchild en vendant un million de magnétophones à un marché de consommateur de composant audio qui grandirait rapidement d’ici 1953. Le magnétophone en 1949 de Magnecord a eu des fonctionnalités stéréo huit ans avant n’importe quel disque vinyle. Ces composants ont bientôt commencé à comporter le transistor inventé par Bell Labs en 1948. Le Holiday Inn du film de Crosby 1942 (où il a chanté pour la première fois sa chanson la plus célèbre) serait refait en 1954 en tant que Noël Blanc, le premier film à employer le nouveau processus de film à large écran de VistaVision de Paramount avec le son magnétique multi canal.

Son élevage de chevaux pur-sang

Bing Crosby était un fan de chevaux pur sang et a acheté son premier cheval de course en 1935. En 1937 il est devenu associé et membre de la Fondation du Conseil d’administration du Club Del Mar Thoroughbred, une piste de course à Del Mar, Californie. Un des meilleurs amis de Crosby était Lindsay Howard, et c’est à cause de lui qu’il a appelé son fils Lindsay et qu’il a acheté son domaine de 40 pièces à Hillsborough en 1965. Lindsay Howard était le fils de l’homme d’affaires Charles S. Howard, millionnaire qui a possédé une écurie incluant Seabiscuit. Charles S. Howard joindrait Crosby en tant qu’associé et directeur de la Fondation du Club de Del Mar Thoroughbred.

Ligarotti et Bing discutent stratégie de course avant la réunion avec Seabiscuit.

L’écurie formée par Lindsay Howard et Bing Crosby, Binglin, servira à entraîner et élever des chevaux pur sang dans le ranch Moorpark dans le comté de Ventura, Californie. Ils ont également établi une ferme Binglin en Argentine où ils ont entraîner des chevaux pour l’Hippodrome de Palerme à Palerme, Buenos Aires. L’écurie de Binglin a acheté un certain nombre de chevaux en Argentine et les a remis de nouveau dans la course aux États-Unis. Le 12 août 1938, le Club de Del Mar Thoroughbred a donné une bourse de $25 000 dollars au gagnant de la course gagnée par Seabiscuit de Charles S. Howard et à Ligaroti de l’écurie de Binglin. Le don du bingo-test du cheval de Binglin a gagné la course de 1943 au parc Belmont, à Elmont, New York.

L’association de Binglin s’est terminée en 1953 en raison d’une liquidation des capitaux par Crosby afin de rassembler les fonds nécessaires pour payer les impôts sur les successions fédérales de l’état, sur le domaine de son épouse décédée.

La coupe des éleveurs Bing Crosby au Club Del Mar Thoroughbred a été nommée en son honneur.

Sa vie personnelle

Bing Crosby avec sa première épouse Dixie Lee.

Crosby a été marié deux fois, d’abord à l’actrice/chanteuse de boîte de nuit Dixie Lee, de 1930 jusqu’à sa mort du cancer des ovaires en 1952. Ils ont eu quatre fils (Gary, Dennis, Phillip et Lindsay). Dixie était une alcoolique, et le film de 1947, Smash-Up : The story of a Woman est indirectement basée sur sa vie. Après la mort de Dixie, Bing a eu des relations avec les actrices Grace Kelly, Inger Stevens et le modèle de Playboy Pat Sheehan avant d’épouser l’actrice beaucoup jeune que lui Kathryn Grant en 1957. Ils ont eu trois enfants ensemble, Harry, Mary (la plus connue pour avoir joué le rôle de Kristin Shepard, la femme qui a tiré sur J.R. Ewing dans la série télévisée Dallas) et Nathaniel.

Bing Crosby et sa deuxième femme Kathryn Grant Crosby.

Crosby était un alcoolique dans sa jeunesse, et il a pu avoir été écarté de l’orchestre de Paul Whiteman en raison de cela. Une biographie de 2001 de Crosby par le critique de jazz Gary Giddins de La Voix du Village, indique que l’influence de Louis Armstrong sur Bing « a encouragé son amour de la marijuana. » Bing en a fumée au début de sa carrière quand elle était légale et « a étonné les journalistes » dans les années 60 et 70 en préconisant sa décriminalisation, de même qu’Armstrong. Selon Giddins, Bing a dit à son fils Gary de rester loin de l’alcool (« il a tué votre mère ») et lui a suggéré qu’il fument du pot à la place. Gary a dit, « il y eu d’autres fois où la marijuana a été mentionnée et il se contentait de sourire. » Gary a pensé que le tabagisme du pot de son père l’avait influencé comme modèle d’homme cool de ses films. Crosby fumait deux paquets de cigarettes par jour quand sa seconde femme lui a demandé d’arrêter. Il a finalement laissé la cigarette pour la pipe et les cigares, jusqu’à sa mort en 1974.

Bing Crosby avait un intérêt pour les sports. De 1946 jusqu’au milieu des années 60, Crosby était co-propriétaire des Pirates de Pittsburgh. En 1978, lui et Bob Hope ont remportés la récompense Bob Jones, l’honneur le plus élevé donné par l’Association de Golf des États-unis.

Après son rétablissement d’une infection mortelle de son poumon droit en 1974, Crosby est sortit de sa semi retraite pour produire plusieurs albums notables et tournés de concerts. En mars 1977, après le tournage d’un concert pour CBS pour commémorer son 50ème anniversaire dans l’industrie du spectacle, Crosby resta en coulisse dans la fosse d’orchestre, à cause de la rupture d’un disque dans son dos qui a exigé un mois d’hospitalisation. Dans sa première apparition après l’accident et son dernier concert au États-unis, le 16 août 1977 à Concord, Californie, ses forces lui sont revenues et il a continué à chanter sans micro. En septembre Crosby, sa famille et la chanteuse Rosemary Clooney ont commencé une tournée de concerts de l’Angleterre qui incluait 2 semaines au London Paladium. En Angleterre Crosby a enregistré son dernier album, Seasons et son dernier spécial télévisé de Noël avec des invités tel que David Bowie et Twiggy. Son duo avec Bowie, Paix sur la Terre et le Garçon au tambour, » a produit tant d’intérêt qu’il est sortit après sur disque et est devenu un classique des Fêtes annuelles. À la fin du siècle, TV Guide a inscrit le duo Crosby-Bowie comme un des 25 moments musicaux les plus mémorables de la télévision du 20ème siècle.

Peu de temps après à 6:00 p.m. le 14 octobre 1977, Bing Crosby est mort sur le coup victime d’une crise cardiaque massive après un dix-huit trous de golf avec un score respectable de 85 et il a gagné la ronde, à Madrid en Espagne. Il avait 74 ans. Ses derniers mots ont été rapportés comme, « Que le golf était un grand jeu  » cependant, selon ses compagnons et rapporté par le biographe Gary Giddens, Crosby a alors dit : « Allons prendre un coke. » En raison des instructions incorrectes de sa famille, l’année de la naissance gravée sur la pierre tombale de Bing Crosby est 1904 plutôt que la date correcte de 1903. Il est enterré dans le cimetière Holy Cross, à Culver City en Californie.


Sa dernière partie de golf.

À sa mort, Bing valait plus de $150 millions de dollars à cause de ses investissements judicieux dans le pétrole, l’immobilier et d’autres matières premières, faisant de lui un des résidants d’alors les plus riches de Hollywood avec Fred MacMurray et son bon ami Bob Hope. Il a laissé une clause dans son testament disant que les fils de son premier mariage ne pourraient pas profiter de leurs héritages jusqu’au début des années 80. Bing a estimé qu’un fonds en fiducie fondé par leur mère Dixie Lee, s’était déjà amplement occupé d’eux. Les quatre fils ont continué à profiter des sommes d’argent de ce fonds jusqu’à leurs morts. Cependant, personne n’a vécu assez longtemps pour profiter vraiment de n’importe laquelle des successions de leur père.

Après la mort de Bing, son image en tant que père idéal, encouragé en partie par la participation de sa famille sur de ses célèbres spéciaux de télévision pendant les vacances, a presque été détruite quand son fils plus âgé Gary, a écrit une biographie fortement critique, Going My Own Way, dépeignant Bing comme froid, distant et physiquement et psychologiquement abusif. Son fils Phillip a fréquemment contesté les déclarations de son frère Gary au sujet de leur père. Dans une entrevue diffusée en 1999 par Globe, Phillip est cité disant : « mon père n’était pas le monstre que mon menteur de frère a dit qu’il était, il était strict, mais mon père ne nous a jamais battu et mon frère Gary n’était qu’un être méchant, menteur et bon à rien. Je n’ai que de bons souvenirs affectueux de mon père, qui l’amène aux studios avec lui, passe les vacances en famille à notre chalet en Idaho et faisant du canot et de la pêche avec lui. Jusqu’au jour de ma mort, je détesterai Gary pour avoir traîné le nom de mon père dans la boue. Il a écrit le livre : Going My Own Way par avidité. Il a voulu faire de l’argent et a su que cela allait humilier notre père et noircir son nom était la seule manière qu’il pouvait le faire. Il savait qu’elle produirait beaucoup de publicité. C’était la seule manière qu’il pouvait avoir son visage dans les journaux et à la télévision car il était laid et n’avait aucun talent. Mon père était mon héros. Je l’ai beaucoup aimé. Il nous a tous aimé y compris Gary. Il était un bon père. » Phillip est mort en 2004, les médias ont rapporté qu’il était mort de cause naturel ou « non spécifiées » parce que le coroner a refusé de divulguer les détails de l’autopsie.

Lindsay Crosby

Dennis, Lindsay et Philip Crosby.

Gary Crosby


Dennis Crosby

Deux des enfants de Bing, Lindsay et Dennis, se sont suicidés. La mort de Lindsay le 11 décembre 1989, a été publiée largement et il a été écrit qu’il a mit fin à ses jours le lendemain ou son père a chanté « Noël Blanc » à la télévision. Dennis mit fin à ses jours deux ans après, s’affligeant de la mort de son frère qui comme lui a été accablé par l’alcoolisme, des ruptures à répétitions et une carrière minable. Les deux frères subsistaient de petites allocations du fonds en fidéicommis de leur père et tous les deux sont morts de blessure d’armes à feu à la tête.

Phil Crosby Jr. est le petit-fils de Bing

Denise Crosby, la fille de Dennis, est également une actrice et elle est plus connue pour son rôle de Tasha Yar dans Star Trek, The Next Generation.

Nathaniel Crosby, le plus jeune fils de Bing de son second mariage, est un golfeur de haut niveau, il a gagné le U.S. Amateur à 19 ans en 1981, devenant le plus jeune gagnant de cet évènement, un record qui sera brisé plus tard par Tiger Woods.

Parodie de Bing Crosby.

Trivia

Il a rejeté l’offre de jouer « Columbo » parce qu’il ne voulait pas que cela interfère avec son horaire de golf.

La maison de son enfance à Spokane, Washington sert maintenant de bureau à l’Association des Anciens étudiants de l’Université Gonzaga. Sa couverture     de dortoir est accrochée dans la cage d’escalier avec d’autres souvenirs que l’on peut trouvés au rez-de-chaussée aussi bien que dans le « Crosbyana Room »     au Centre Étudiant Crosby. Une statue de Crosby est placée à l’entrée du Centre étudiant, bien que sa pipe soit fréquemment volée dans sa niche. Il y a une     légende sur le campus, au fait que Crosby ait demandé de quitter Gonzaga après un échec dans le but d’utiliser une poulie pour apporter un piano dans le     dortoir du quatrième étage dans le DeSmet Hall.

Il était un important partisan du Parti Républicain américain et a activement fait campagne pour Wendell Willkie à l’élection présidentielle de 1940, avant     qu’il ne décide de ne pas refaire campagne de nouveau.

En 2006, le Met Theater de Spokane, Washington a été rebaptisé, « The Bing », en l’honneur de Bing Crosby.

Exemples de sa musique

Filmographie

Travail à la télévision

Discographie

These Are Crosby’s Gramophone records or LPs.

L’album de Bing Crosby, Noël Blanc n’a pas été réimprimé depuis 1954 et est entré sur la liste Billboard Top 40 ainsi que plusieurs de ses plages qui ont été dans les cinq premières places.

Certification RIAA

Albums

RIAA

Merry Christmas Disque d’or
Bing Sings 2x platine
White Christmas 4x platine

Livre sortit après sa mort

Prigozy, R. & Raubicheck, W., ed. Going My Way: Bing Crosby and American Culture, The Boydell Press, 2007.

Autobiographies et Biographies

  • Call Me Lucky: Bing Crosby’s Own Story (avec la collaboration de Pete Martin) (1953) Autobiographie.
  • Bing Crosby: The Hollow Man by Donald Shepherd, Robert F. Slatzer (1981) Fortement critique.
  • My Life With Bing by Kathryn Crosby (1983) Par sa femme.
  • Bing Crosby: Day by Day by Malcolm Macfarlane (2001) Exhaustivement détaillé.
  • Bing Crosby: A Pocketful of Dreams-the Early Years, 1903-1940 par Gary Giddins (2001) Généralement elle est la meilleure biographie de ses premières années, un deuxième volume devrait venir éventuellement.

Dixie Lee Crosby et ses trois enfants.


Mary Frances Crosby (Dallas). En novembre 1980, la question qui a fait le tour du monde, Qui a tué JR? Vous voulez la réponse… C’est Kristin Shepard, la sœur déviante de Sue Ellen! Kristin est la fille de l’acteur/chanteur Bing Crosby.

Père: Bing Crosby
Mère: Kathryn Grant
Frère: Harry Crosby
Frère: Nathaniel Crosby
Mari: Ed Lottimer (m. 24-Nov-1978, div.)
Mari: Mark Brodka

Maisons de Bing Crosby

Toluca Lake à Los Angeles évaluée pour 4.795$ Millions.

ALBUM DE FAMILLE













Références:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bing_Crosby

http://en.wikipedia.org

4 réflexions sur “BING CROSBY ET SON NOËL BLANC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s