LE SQUELETTE DE RICHARD III D’ANGLETERRE A ÉTÉ RETROUVÉ APRÈS 500 ANS.


Richard III d’Angleterre (2 octobre 1452 – 22 août 1485), duc de Gloucester, fut le dernier des rois Plantagenêt d’Angleterre, de 1483 à 1485. Il était le frère du roi Édouard IV.

Reconstitution faciale de Richard III par les experts de l’Université de Dundee.

C’est aussi en ce mois de juin que l’évêque de Bath et de Wells, Robert Stillington, démontra qu’en 1461, Édouard IV avait contracté un mariage secret avec Éléonore Talbot (1435-1468). Lors du mariage d’Édouard IV avec Élisabeth Woodville en 1464, Eléonore était donc encore vivante… Le conseil de régence, dirigé par Richard, reconnaissant là un cas de bigamie, invalida le mariage avec Élisabeth Woodville et déchut de leur légitimité tous les enfants nés de celui-ci.  Édouard V, dont Richard était le protecteur, une fois déclaré illégitime, est déposé et révoqué de la succession au trône le 25 juin 1483. Richard fut couronné le 6 juillet 1483 sous le nom de Richard III. Il est à remarquer que le titre Édouard V n’a pas été retiré à son titulaire déposé, et que le souverain qui sera ultérieurement couronné sous le nom de Édouard, sera Édouard VI, le fils d’Henry VIII.

Jusqu’au 16 juin, le jeune frère d’Édouard V, Richard de Shrewsbury, était réfugié avec sa mère à l’Abbaye de Westminster. À cette date, Richard la convainc de le laisser rejoindre son frère à la Tour de Londres. Personne ne les reverra après l’été 1483, et on suppose que c’est dans la « Tour sanglante » (en anglais Bloody tower) qu’ils y ont été assassinés. C’est là le sujet d’une grande controverse

Il laisse à la postérité l’image d’un homme méchant, d’un monstre assassin des « deux princes » (Édouard et Richard) et de tous ceux qu’il voyait comme ses ennemis. S’il était, en effet, un homme ambitieux, il n’a pourtant pas commis tous les crimes qu’on lui attribue. La pièce Richard III, que Shakespeare lui a consacrée, a largement contribué à immortaliser cette funeste réputation.

Anne Neville née en 1456 au Château de Warwick, décédée en 1485 à Westminster était la fille de Richard Neville, comte de Warwick.  En faveur du roi  Louis XI, elle épouse à Amboise le 13 décembre 1470 en premières noces à l’âge de quinze ans Édouard, prince de Galles, fils d’Henri VI et de Marguerite d’Anjou, tandis que leurs fiançailles étaient célébrées dans la cathédrale d’Angers le 25 juillet 1470.  Après l’éxécution sommaire du jeune Édouard, elle épousa Richard, duc de Gloucester, plus tard Richard III d’Angleterre et fut reine d’Angleterre à ses côtés de 1483 à 1485.

De leur union naquit Édouard, prince de Galles (1473-1485).

Édouard de Middleham, également connu sous le nom d’Édouard Plantagenet (vers 1473 – 9 avril 1484), fut comte de Salisbury, duc de Cornouailles et prince de Galles.  Il était le fils unique de Richard III, roi d’Angleterre et d’Anne Neville.

L’année exacte de la naissance d’Édouard est incertaine, mais on sait qu’il est né au château de Middleham, une possession de son grand-père maternel, Richard Neville, comte de Warwick. En 1478, à la suite de l’exécution de George, duc de Clarence pour trahison, le titre de comte de Salisbury, fut donné à Édouard. Après sa mort, il passera à son cousin Édouard, fils du duc de Clarence, puis reviendra à la couronne à la mort de ce dernier.

Édouard fut aussi investi de la principauté de Galles quand son père devint roi d’Angleterre, en 1483. L’investiture eut lieu dans la cathédrale d’York, et les chroniques contemporaines laissent penser qu’elle fut organisée dans la précipitation. Il est cependant possible que le garçon ait été trop malade pour se rendre à Londres, mais que son état se soit amélioré avant qu’ils n’aient atteint le nord de l’Angleterre.

Sa mort soudaine laissa son père sans héritier, ouvrant la voie à Henri Tudor pour s’emparer du trône lors de la bataille de Bosworth en 1485.  Il fut inhumé dans l’église paroissiale de Sheriff Hutton, l’un des autres domaines de sa famille.

_________________________________________________________________________________________________________________

ON A RETROUVÉ LE SQUELETTE DE RICHARD III

Leicester — Des scientifiques ont bel et bien retrouvé le squelette de l’ancien roi d’Angleterre Richard III, mort il y a 500 ans, sous un terrain de stationnement de la ville de Leicester.  Ses restes ont été identifiés grâce à l’ADN d’un Canadien, qui est un lointain descendant du roi. 

Les partisans de ce roi mal-aimé croient que cette découverte permettra enfin de réécrire les livres d’histoire et de redorer l’image du monarque.

Les chercheurs de l’Université de Leicester affirment que des tests réalisés sur le squelette, qui présente de nombreuses blessures, démontrent hors de tout doute raisonnable que les ossements sont ceux du roi.  Le squelette avait été retrouvé l’an dernier.  Richard III a été tué lors de la Bataille de Bosworth, en 1485, et ses restes étaient disparus depuis des centaines d’années.

«Nous avons retrouvé Richard III, le dernier roi Plantagenêt d’Angleterre», a déclaré le secrétaire-général adjoint de l’université, Richard Taylor.

Une spécialiste des os, Jo Appleby, a ajouté qu’un examen des ossements permettait de conclure à l’identification de Richard III.

De plus, un échantillon d’ADN prélevé sur le squelette correspond au code génétique d’un lointain descendant de la soeur du roi. La généticienne Turi King a précisé que Michael Ibsen (ci-dessous), un menuisier canadien qui vit à Londres, partage avec le squelette une variété rare d’ADN mitochondrial. Cet élément, combiné aux preuves archéologiques, semble démontrer que les ossements sont ceux de Richard III.

M. Ibsen s’est dit estomaqué de découvrir qu’il est un descendant du souverain, le 17e arrière-petit-neveu de la soeur aînée du roi. «C’est difficile à digérer», a-t-il déclaré.

Richard III est le dernier roi britannique à avoir été tué au combat. Il a gouverné l’Angleterre entre 1483 et 1485, pendant les décennies d’instabilité à laquelle on a donné le nom de «Guerre des Deux-Roses». Son règne, même s’il fut bref, a été marqué par de nombreuses réformes libérales, notamment le droit à la libération sous caution et l’abolition de l’interdit qui pesait sur les livres et les presses à imprimer.

Il a été tué lors de la Bataille de Bosworth par l’armée de Henry Tudor, qui pris ensuite le trône sous le nom de Henry VII.  Ses restes avaient apparemment été enterrés sous un monastère de Leicester, mais l’emplacement de celui-ci a été perdu quand Henry VIII a ordonné la dissolution des monastères en 1538.

En plus des preuves génétiques, le squelette présente une blessure à la tête possiblement causée par une arme tranchante et une pointe de flèche a été retrouvée entre deux vertèbres, dans le haut du dos. Les restes présentent aussi des signes de scoliose, ce qui correspond à la description faite de Richard III par ses contemporains.

Une pièce de William Shakespeare présente Richard III comme un usurpateur qui a laissé derrière lui de nombreux cadavres – dont ceux de ses jeunes neveux princiers enfermés dans la Tour de Londres – durant son ascencion jusqu’au trône. Mais plusieurs historiens croient que cette image ne lui rend pas justice et que sa réputation a été salie par ses successeurs. La Société Richard III, qui avait aidé à lancer la recherche pour retrouver les restes du roi, partage cet avis.

Une représentante de la société, Philippa Langley, arrive à peine à croire que leurs recherches aient pu porter fruit.

«Tout le monde pensait que j’étais folle, a-t-elle dit. Ce n’est pas facile de convaincre les gens de chercher un roi sous un stationnement. (Mais) maintenant un vent de changement souffle, et nous chercheront la vérité concernant le véritable Richard III.»

Le maire de Leicester a indiqué que le squelette sera maintenant enterré dans le cimetière de la cathédrale de la ville.

LE 4 FÉVRIER 2013 – Associated Press

DEUX VILLES SE DISPUTENT LES RESTES DE RICHARD III

Le 6 février 2013

Deux villes britanniques se disputent maintenant les ossements du roi Richard III. Le squelette a été identifié plus tôt cette semaine, notamment grâce à un échantillon génétique fourni par un très lointain descendant canadien du monarque.

Les ossements du roi, qui est mort en 1485, ont été retrouvés sous un terrain de stationnement de la ville de Leicester. Les autorités ont annoncé qu’ils seront enterrés dans le cimetière de la cathédrale de la ville.

Mais la ville de York, à environ 160 kilomètres plus au nord, ne l’entend pas de cette oreille, puisque Richard III appartenait à la Maison de York et qu’il entretenait des liens étroits avec la ville.

Le conseil municipal de York a indiqué mercredi qu’il compte écrire au gouvernement et à la reine Élisabeth II, faisant valoir qu’un des fils les plus célèbres et les plus aimés de la ville devrait y être enterré.

Leicester refuse toutefois de céder, et des pétitions rivales lancées par les deux villes ont recueilli des milliers de signatures.

RÉFÉRENCES :

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89douard_de_Middleham

http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_III_d%27Angleterre

http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Neville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s