AL CAPONE, L’ENNEMI NO. 1


Alphonse Gabriel « Al » Capone  (17 janvier 1899 – 25 janvier 1947) était un criminel américain qui a dirigé pendant le temps de la prohibition un syndicat du crime. Le Chicago Outfit, qui par la suite devint aussi connu comme le « Capone », se consacrait à la contrebande et au trafic d’alcool et autres activités illégales telles que la prostitution, à Chicago depuis le début des années 1920 à 1931.


Biographie en français


Biographie en anglais.

Né dans le quartier de Brooklyn à New York d’immigrés italiens, Capone est devenu impliqué dans des gangs à un jeune âge, après avoir été expulsé de l’école à 14 ans. Dans la jeune vingtaine, il déménage à Chigago pour profiter d’une nouvelle occasion de faire de l’argent, c’est-à-dire faire de la contrebande de boisson alcoolisée illégale dans la ville pendant la prohibition. Il a également participé à diverses autres activités criminelles, y compris la corruption de personnalité du gouvernement et de la prostitution.


En dépit de son occupation illégale, Capone est devenu une figure publique très visible. Il a fait des dons à divers organismes de bienfaisance à l’aide de l’argent qu’il a gagné à partir de ses activités, et a été vu par beaucoup comme un « Robin des Bois moderne ». La réputation publique de Capone a été entachée à la suite de son implication supposée en 1929, dans le massacre de la Saint-Valentin, lorsque sept membres de gangs rivaux ont été exécutés.

Capone a été condamné sur des accusations fédérales de fraude fiscale en 1931 et condamné à la prison fédérale, il a été remis en liberté conditionnelle en 1939. Son incarcération inclut un terme à la prison fédérale d’Alcatraz. Dans les dernières années de la vie de Capone, il a subi une détérioration physique et mentale due à un stade avancé de la neurosyphilis, qu’il avait contractée dans sa jeunesse. Le 25 janvier 1947, il est décédé d’un arrêt cardiaque après avoir subi un accident vasculaire cérébral AVC.


Début de sa vie.

MON MUSÉE AL CAPONE – MARIO GOMES

Le jeune Capone et sa mère, Teresina.

Alphonse Gabriel Capone est né dans le quartier de Brooklyn à New York le 17 janvier 1899. Ses parents, Gabriele Capone (12 décembre, 1864 – 14 novembre 1920) et Teresina Raiola (28 décembre 1867 – 29 novembre 1952), étaient des immigrants en provenance d’Italie. Son père était un barbier de Castellammare di Stabis, une ville située à environ 16 milles (26 km) au sud de Naples, et sa mère était une couturière et la fille d’Angelo Raiola, de Angri une ville dans la province de Salerne.

Le commerce de barbier de Gabriele Capone le père d’Al Capone.

Al Capone dans ses jeunes années.


Gabriele et Teresa (Teresina) ont eu neuf enfants : Alphonse Gabriel « Scarface Al » Capone, Vincenzo James Capone (également connu sous le nom de Richard Two-Gun Hart (1892-1952), Raffaele James Capone (également connu sous le nom de Ralph « Bottles » Capone (1894-1974), qui s’est chargées de l’industrie des boissons de son frère), Salvatore "Frank" Capone (1895-1924), Erminio John Capone (1901- ?), Umberto Albert Capone (1906-1980), Matthew Capone (1908-1967), Rose Capone (1910-1910), et Mafalda Capone (1912-1988) (qui a épousée John J. Maritote). La famille Capone a immigré aux États-Unis, à la première vague d’immigration de l’Italie à Fiume, l’Autriche-Hongrie (aujourd’hui Rijeka, Croatie) en 1893, voyageant sur ​​un navire aux États-Unis avant de s’installer au 95, rue Marine, dans le Navy Yard section du centre-ville de Brooklyn. Gabriele Capone a travaillé dans un salon de coiffure à proximité du 29 Park Avenue. Quand Al avait 11 ans, la famille Capone s’installe au 38 Garfield Place dans Park Slope, Brooklyn.

Al Capone  avec sa famille et ses amis à un picnic, à Chicago Heights, Illinois en 1929. 

Al Capone et ses gars.

James Vincenzo Capone alias Richard "Two Gun Hart" (1892-1er octobre 1952).

VINCENZO CAPONE, le frère aîné d’Al Capone.

Il a fugué à un âge précoce, il est allé dans le Midwest et a travaillé dans un cirque, il a développé un amour de la culture amérindienne et du l’Ouest d’antan.  En prenant une nouvelle identité, il a travaillé en respectant la loi pour le reste de sa carrière sous le nom de "Richard Hart», un nom qu’il a choisi en hommage à son idole, acteur de film muet William S. Hart. Ici, il est avec sa femme en septembre 1951 après avoir été signifié à témoigner au procès de son autre frère, Ralph, un personnage récurent, mais relativement mineur dans le Chicago Outfit.

 

RAFFAELE JAMES CAPONE mieux connu comme Ralph "Bottles" Capone (12 janvier 1894-22 novembre 1974) l’ennemi public #3.

SALVATORE "FRANK" CAPONE (janvier 1895-1er avril 1924).

f502de00John Capone plus jeune et avec sa femme,  crédit Collection Joe Walters.

ERMINIO JOHN "MIMI" CAPONE (1901-après 1994) et sa femme.  En 1955 il changea son nom pour John Martin parce qu’il était épuisé de se faire harceler par les paparazzis.

f4f27e00Albert Capone, crédit Collection Joe Walters.

UMBERTO CAPONE alias "BOOTS" ALBERT RAYOLA (1906- juin 1980).  En 1942, après avoir emprunté plusieurs identités, il changea son nom pour Albert Rayola.

1ba875110
Matt Capone, crédit Joe Walters.

AMADÉO MATTHEW NICHOLAS "MATTY" CAPONE (1908  – 31 janvier 1967).

ROSE CAPONE (1910 – ?) Aucune photo ni renseignement disponible.

1bfc4cac0

Mafalda (à droite) et Sonny au milieu.

Mafalda (à droite) et Sonny au milieu.

1bffeafd0

MAFALDA CAPONE MARITOTE (28 janvier 1912 – 25 mars 1988) à 18 ans et dans la cinquantaine femme de John J. Maritote (1908-1997).

Le mari de Mafalda John Maritote (à gauche) et l'avocat de Capone Abraham Teitelbaum.

Le mari de Mafalda, John Maritote (à gauche) et l’avocat de Capone Abraham Teitelbaum.

Capone a montré des aptitudes en tant qu’étudiant, mais avait du mal avec les règles strictes de son école catholique paroissiale. Il a abandonné l’école à l’âge de 14 ans, après avoir été expulsé pour avoir frappé une enseignante au visage. Il a travaillé à des petits boulots autour de Brooklyn, y compris un magasin de bonbons et une salle de quilles. Pendant ce temps, Capone a été influencé par le criminel Johnny Torrio, qu’il est venu à considérer comme son mentor.

Giovanni John "Johnny" Torrio (1882-1957).  Il se retira à New York et mourut à l’hôpital après une attaque cardiaque chez son barbier en 1957.

Carrière

1894fbda018a981ab0Le canotier d’Al Capone de grandeur 6 7/8. Crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

1883ee490

Le Borsalino ou Fédora d’Al Capone fabriqué par Maurice L. Rothschild Co de Chicago. Crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

Après son initiation avec les petits groupes criminels qui comprenait les (Junior Forty Thieves) Quarante voleurs juniors et les Bowery Boys (Gars de Bowery), Capone a rejoint les Éventreurs de Brooklyn (Brooklyn Rippers)  et ensuite le puissant gang des (Five Points) Cinq Points basé dans le Bas Manhattan. Pendant ce temps, il a travaillé et était encadré par son compatriote affairiste Frankie Yale, barman dans une salle de danse de Coney Island et le salon appelé le Harvard Inn. Après avoir, par inadvertance insulté une femme tout en travaillant à la porte d’un club de Brooklyn la nuit, Capone a été attaqué par son frère, Frank Gallucio, et son visage a reçu trois entailles sur le côté gauche. Ces cicatrices lui ont donné le surnom de «Scarface». Frankie Yale a insisté pour que Capone fasse des excuses à Gallucio, et plus tard Capone l’a engagé comme garde du corps. Lorsqu’il était photographié, Capone cachait le côté gauche de son visage en disant que ses blessures étaient des blessures de guerre. Capone a été appelé « Snorky » par ses amis les plus proches.

Frankie Yale (Francesco Ioele) (1893-1928). Il fut l’un des plus grands gangsters de New York dans les années 1920. Yale se trouvait dans la 44e rue à Brooklyn quand il fut mitraillé par des inconnus, identifiés plus tard comme des membres des « American Boys », une équipe de tueurs à la solde de Capone.  Photo du bas le cadavre de Frankie Yale.

Francesco Frank Gallucio (1887 – 1967).  C’est à lui qu’on doit les balafres sur la joue gauche d’Al Capone en 1917 et ensuite il devient un des gardes du corps de Capone.

L’UNE DE SES MAÎTRESSES.

SON HISTOIRE D’AMOUR DE 10 ANS AVEC GLADYS WALTON (1903-1993).

Gladys a sacrifié sa carrière avec Universal pour Al Capone dans la dernière partie de 1923, lorsque Universal a refusé de renouveler son contrat basé sur la nouvelle «morale Clause", elle a refusé de renoncer à son histoire d’amour avec Al Capone.


 

Elle a commencé alors alors qu’elle travaillait sur le film "Le Indomptable" en 1922, juste avant son 20e anniversaire. Al n’avait que 23 ans.  Leur premier rendez-vous (qui a duré une semaine) Al l’amena à son Hideaway de la côte Ouest, connu comme «sa forteresse d’Occident» et surnommé "The Queen of Two Bunch Palms".

http://jonwilsonauthor.files.wordpress.com/2012/12/al-capone.jpg

Cette histoire d’amour qui a survécu à dix années en dépit de sa carrière et de la direction du gang "The Outfit" à Chicago.  La mère de John Walton a commencé à lui raconter des parties de son histoire d’amour de dix ans avec Al Capone à partir de son seizième anniversaire. Il y avait toujours une lumière spéciale dans ses yeux et une lueur sur son visage quand elle se rappelait son temps avec lui.  La ressemblance remarquable entre le petit-fils de John et Al Capone, vient d’être ajouté au mystère !  Selon les souhaits de la mère de John, il restera un mystère.

MARIAGE ET FAMILLE

Le 30 décembre 1918, Capone a épousé Joséphine Mae Coughlin, qui était irlandaise catholique et qui, plus tôt ce mois-là, avait donné naissance à leur premier fils, Albert Francis "Sonny" Capone. Comme Capone était âgée de moins de 21 ans, ses parents ont dû consentir au mariage par écrit. 

SA FEMME JOSÉPHINE MAE COUGHLIN CAPONE (1897-1986).

Mae Capone, Crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

Mae Capone, crédit Mario Gomes, Al Capone Museum.

f5430e00Mae Capone, Crédit Joe Walters.

SON FILS, ALBERT FRANCIS CAPONE (1918-2004) EN 1965 FRANCIS BROWN.

e49cd6a0Sonny et Mae Capone, crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

f7c1ee00Al Capone et son fils.  Crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

Mae et Abert Francis Capone (1918-2004).  Il changea son nom en 1965 pour Francis Brown après un vol de transistor et une mise à l’épreuve de deux ans.  Son père avait utilisé ce nom d’emprunt plusieurs fois.

CARRIÈRE À CHICAGO.

Capone a quitté New York pour Chicago sans sa nouvelle épouse et son fils, qui l’ont rejoint plus tard. En 1923, il a acheté une petite maison au 7244 South Prairie Avenue, dans le quartier Manor Park sur le côté sud de la ville pour 5 500 $ US.

La maison de Capone là ou la voiture est stationné.  En 2009 la maison était en vente pour 450 000.00 $.

1421b73d0Les funérailles de Frank Capone en 1924, crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

f56ad5a0Crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

Capone a été recruté à Chicago par  Johnny Torrio, son mentor dans le gang des Cinq Points. Johnny Torrio y était allé pour résoudre certains problèmes que la famille du mari de sa cousine avait avec la main noire et les a tués. Il a vu de nombreuses opportunités d’affaires à Chicago, en particulier le trafic d’alcool (bootlegging) après le début de la prohibition. L’emplacement de Chicago sur le lac Michigan a donné accès à un vaste territoire à l’intérieur des terres, et était bien desservi par les chemins de fer. Johnny Torrio a repris le gang de James "Big Jim" Colosimo après qu’il ait été assassiné. Frankie Yale était un suspect, mais des poursuites judiciaires contre lui ont été abandonnées en raison d’un manque de preuves. Capone était soupçonné dans les meurtres de Colosimo et deux autres hommes. Il cherchait un refuge sûr et un meilleur travail pour faire vivre sa nouvelle famille.

Giacomo Colosimo dit Big Jim (1877-1920). Il était u mafioso italo-américain du début du XXème siècle et membre fondateur du Chicago Outfit avant d’en devenir le parrain. Le 16 mai 1920 Big Jim Colosimo fut abattu dans son restaurant par Frankie Yale, qui ne fut jamais condamné, ayant intimidé le principal témoin oculaire. Torrio et Capone furent également interrogés par la police mais ne furent pas inquiétés.

Les élections de 1924 du conseil de la ville de Cicero, sont devenues connues comme l’une des élections les plus malhonnêtes dans la longue histoire de la région de Chicago des élections truquées, avec des électeurs menacés par des voyous aux bureaux de vote. Le candidat à la mairie, de Capone a gagné par une énorme marge et quelques semaines plus tard, a annoncé qu’il serait candidat de Capone hors de la ville. Capone a ensuite rencontré son maire marionnette et le renversa dans les étapes de la mairie.

Pour Capone, la victoire électorale a également été marquée par la mort de son jeune frère Frank aux mains de la police. Capone a pleuré à l’enterrement de son frère et a ordonné la fermeture de tous les clandestins (speakeasies) à Cicero pour une journée comme une marque de respect.

Une grande partie de la famille de Capone s’est ainsi installée à Cicero. En 1930, sa sœur Mafalda Capone a épousé John J. Maritote à Sainte-Marie de Czestochowa, un énorme édifice néogothique qui domine l’avenue Cicéron dans le style des cathédrales polonaises.

La puissance de Capone pousse à Cicero.


Capone jouant aux cartes durant son tranfert du pénitencier d’État  d’Atlanta sur le Dixie Flyer.

L’organisation Torrio-Capone, ainsi que les Siciliens-Américains dont la famille Genna, était en concurrence avec le (North Side Gang) Gang du côté nord de Dean O’Banion. En mai 1924, O’Banion a découvert que leur (Sieben Brewery) brasserie Siben allait être perquisitionnée par des agents fédéraux et vendue en partie à Johnny Torrio. Après le raid, O’Banion et Torrio ont été arrêtés. Les gars de Torrio ont été assassinés et O’Banion a pris sa revanche le 10 octobre 1924, provoquant une guerre des gangs.

Charles Dean O’Banion né Maroa (1892-1924).  Il était un mafieux irlandais leader d North Side Gang, rival de Johnny Torrio et Al Capone durant la Prohibition. Les journaux de l’époque l’on fait connaître sous le nom de Dion O’Banion, bien qu’il n’eût jamais porté ce nom.

Le matin du 10 novembre 1924, O’Banion coupait des chrysanthèmes dans son magasin de fleurs, lorsque Frankie Yale entra avec les portes-flingues de Torrio et Capone, John Scalise et Albert Anselmi. O’Banion fut tué de deux balles dans la poitrine, deux balles dans les joues et deux balles dans la gorge.  Ce meurtre fut le début d’une guerre sanglante entre les quartiers Nord et Sud de Chicago qui dura jusqu’au Massacre de la Saint-Valentin organisé par Capone en 1929 et qui en fit le roi de Chicago.

En 1925, Johnny Torrio est grièvement blessé lors d’une attaque par le (North Side Gang) Gang du côté nord, il remit son entreprise à Capone et retourna en Italie. Pendant l’ère de la prohibition, Capone contrôlait en grandes parties la pègre de Chicago, qui a fourni " The Chicago Outfit" d’un montant estimé à 100 millions de dollars par année en recettes. Cette richesse a été générée par ses nombreuses entreprises du vice, telles que le jeu, la prostitution et les plus gros chiffres d’affaires ont été générés par la vente d’alcool.

Son réseau de transport pour transporter l’alcool de contrebande de rhum-coureurs (rum-runners) de la côte Est, le gang pourpre (The Purple Gang)  à Détroit, qui avait de la liqueur en provenance du Canada, avec l’aide du natif de Belle River, Blaise Diesbourg, également connu sous le nom de « King Canada (Roi du Canada) », et la production locale qui provenait des opérations du (Midwestern moonshine) et des brasseries illégales. Avec les revenus gagnés par ses opérations de contrebande, Capone a augmenté son emprise sur les institutions politiques et l’application des lois à Chicago. Il a fait son quartier général de Chicago à l’hôtel Lexington, après le massacre de la Saint-Valentin, il a été surnommé par la suite le «Château Capone ».

Blaise Diesbourg (1850-1903), également connu sous le nom "King Canada», était une figure majeure de la contrebande d’alcool et des affaires de contrebande dans les régions autour de Windsor en Ontario, au cours de la période de la prohibition américaine. Son succès l’a amené en contact avec le pivot de Chicago Al Capone, qui a arrangé un accord avec Diesbourg de lui fournir des envois réguliers d’alcool par avion. Diesbourg a pris le nom de "King Canada" à ce moment là comme un alias pour se cacher des autorités judiciaires. 

La corruption organisée incluant la corruption du maire de Chicago, William "Big Bill" Hale Thompson, que le gang de Capone a exploité en grande partie libre de toute intrusion juridique. Il a opéré des casinos clandestins dans toute la ville. Avec sa fortune, il se faisait livrer des costumes sur mesure, des cigares, de la gastronomie et des alcools (sa liqueur préférée était le Rye Templeton de l’Iowa), des bijoux, et la compagnie des femmes. Il a attiré l’attention des médias, à laquelle ses réponses préférées étaient, «Je suis juste un homme d’affaires, en donnant aux gens ce qu’ils veulent », et « Tout ce que je fais est de satisfaire une demande du public». Capone était devenu une célébrité.

William Emmeth Dever (1862-1929).  Il a été démocrate et maire de Chicago de 1923 à 1927.  Il a été battu par le maire Thompson la marionnette de Capone.

Le maire de Chicago William "Big Bill" Hale Thompson (1869-1944). Il était un homme politique américain qui fut maire de Chicago de 1915 à 1923 puis à nouveau de 1927 à 1931, il fut le dernier Républicain à être élu à la mairie. Il meurt d’une maladie cardiaque, à Chicago, le 19 mars 1944.

En pleine période de Prohibition, le maire William Emmeth Dever s’est efforcé de fermer les bars illégaux et de combattre  Al Capone et les autres acteurs du crime organisé de Chicago. Ceux-ci, peu désireux de voir Dever réélu, portent leur choix sur Thompson et vont soutenir sa candidature par tous les moyens. Afin d’obtenir son troisième mandat, Big Bill n’hésite pas à défendre avec ferveur les idées les plus démagogiques. Grâce à ses nouveaux amis et à son populisme, il obtient à nouveau la mairie, en 1927, battant William Emmeth Dever de plus de 80 000 voix. Durant son mandat, la ville est dès lors aux mains de la pègre qui a assuré son élection. En 1931, la population écœurée du règne du crime et de la corruption ne lui confie pas un nouveau mandat et c’est Anton Cermak qui est élu maire. 

Chômeurs en dehors d’une soupe populaire ouverte à Chicago par Al Capone 1931.

Ses rivaux ont riposté pour la violence de l’application par Capone du contrôle. Les "gangsters" du North Side dont Hymie Weiss et Bugs Moran voulaient l’abattre. Plus d’une fois, la voiture de Capone a été criblée de balles. Le 20 septembre 1926, le gang du North Side a abattu des membres de l’entourage de Capone pendant qu’il était en train de déjeuner dans le restaurant de l’Hôtel Hawthorne, 4833, 22ème rue à Cicero, Illinois. Un convoi de dix véhicules, en utilisant des mitraillettes Thompson et des fusils de chasse ont criblé l’extérieur de l’hôtel et le restaurant du premier étage de l’immeuble. Le garde du corps de Capone, Frankie Rio, le jeta à terre au premier coup de feu. Plusieurs passants ont été blessés par des éclats de verre et des fragments de balle dans l’attentat. Capone a payé pour les soins médicaux d’un jeune garçon et sa mère qui aurait perdu la vue autrement. Cet évènement a incité Capone à établir une trêve, mais les négociations ont échoué. On croit que les attaques ont été faites sous la direction de Moran et ont laissé Capone ébranlée.

109280920

L’hôtel Hawthorne à Cicero.

Henry "Hymie" Weiss (1898-1926).  Il était un gangster américain du Chicago des années 1920 d’origine polonaise (né en Pologne mais émigré à 3 ans), membre du North Side Gang et donc adversaire d’Al Capone et du Chicago Outfit. Trois semaines après l’attentat du Q.G. de Capone à Cicero en Illinois, Weiss est abattu par des tireurs équipés d’une mitrailleuse postés dans un immeuble situé en face de celui qu’il occupe. Il reçoit dix balles dans le corps et meurt à son admission à l’hôpital. Il n’a que vingt-huit ans.

George Clarence "Bugs" Moran (1891-1957) alias : le Cinglé. Bandit américain des bas-fonds de Chicago, adversaire d’Al Capone et membre du North Side Gang. Les épisodes sanglants qui jalonnèrent son parcours sont emblématiques d’une période de décomposition dans la société américaine, lorsque l’état de droit était en déclin et le crime florissant.

Une loi de 1933 met fin à la Prohibition, entraînant le déclin des gangs de Chicago. En 1936, Moran le « Branque » accomplira l’un de ses derniers faits d’armes en prenant sa revanche sur Jack "Machine Gun" McGurn, l’instigateur du massacre de la Saint-Valentin. Son entreprise de jeux passera entre les mains de cartels mafieux dirigés par Meyer Lansky et Lucky Luciano.

En 1946, Moran est arrêté dans l’Ohio après avoir volé à un garçon de courses la somme de 10 000 dollars, maigre butin comparé au grand train de vie de ce même gangster sous la Prohibition. Condamné à dix ans de prison, il commet, à sa sortie, un nouveau braquage qui l’envoie pour dix autres années au pénitencier de Leavenworth. Le « Branque » y meurt d’un cancer et son corps est jeté dans la fosse commune.

Capone a placé des gardes du corps armés autour de l’horloge de son quartier général à l’Hôtel Lexington, sur la 22ème rue (rebaptisée plus tard Cermak Road) et de l’avenue Michigan. Pour ses voyages, loin de Chicago, Capone était réputé avoir eu plusieurs autres retraites et des cachettes dans plusieurs endroits, y compris à Couderay, Wisconsin.

Le Lexington Hôtel à Chicago : bureaux d’Al Capone surnommés le « château Capone », photographié dans le début des années 1990. Il fut démoli en 1995.

Al Capone à Cuba.

La maison d’Al Capone à Varadéro, Cuba.



La célèbre retraite d’Al Capone NORTHWOODS a été mise aux enchères en octobre 2009.  D’après le cabinet d’avocat, l’enchère minimum est de 2.6 millions de dollars.  Me Guettinger a déclaré que la vente aux enchères ne comprendra que l’immobilier, et non des biens personnels ou des meubles. Une propriété supplémentaire située sur le fleuve Chippewa ne fait pas partie de la vente, mais, un lac de 40 hectares sur la propriété privée est inclus. La propriété d’environ 400 hectares a été construite dans les années 1920 par Capone. Le domaine a été utilisé comme sa retraite, Northwoods, et certains disent qu’elle était le siège de la contrebande d’alcool, où Capone a passé ses mois d’été entre 1925 à 1931. Le coût de la construction, était à l’époque de 250 000 $.

En 1959, elle a été transformée en musée et restaurant, et des visites guidées de 40 minutes de la maison en pierre et bois et les neuf autres bâtiments ont été offerts. La maison a des murs en pierre des champs de 18 pouces, une cheminée en pierre taillé à la main et des escaliers en colimaçon personnalisés construits à Chicago.

Il y a aussi un dortoir secret, un blockhaus avec une cellule de prison privée, une cour d’exercice et une tour de garde (pistolet). Les lieux comprennent également un hangar à bateaux et une maison de gardien.

Un bâtiment qui abrite aujourd’hui un restaurant, une boutique de souvenirs et un casse-croute était à l’origine un garage de huit voitures où Capone a gardé ses limousines noires. Le musée a offert une fois une démonstration du Massacre de la Saint-Valentin de 1929, ainsi que des souvenirs d’Elliott Ness.

Sans préavis, la maison a été déclaré fermée en mai de cette année. La signalisation sur l’autoroute CC a été retiré, et les services de téléphone et le site Web ont été débranché. Un panneau «Entrée interdite" pend à la porte d’entrée, située au 12101 County Road Ouest CC, Couderay, Wisconsin.

NORTHWOODS à Couderay, Wisconsin, la cachette de Capone (une attraction touristique populaire dans les années suivantes) est une propriété de 407 hectares, avec un étang de 37 acres qui est réputé avoir été utilisée pour charger des avions avec de l’alcool illégal pour l’expédier au sud de Chicago. Un ancien de New York, membre du gang, Owney « The Killer » Madden a pris sa retraite à Hot Springs et a invité ses anciens collègues à lui rendent visite, ce fut aussi le lieu ou Lucky Luciano a été arrêté la première fois. Pour plus de précautions, Capone et son entourage apparaissaient souvent dans l’un des trains au dépôt de Chicago, et racheta l’ensemble des voitures-lits Pullman sur ​​les trains de nuit, qu’il plaça à des endroits comme Cleveland, Omaha, Kansas City, Little Rock ou Hot Springs, où ils pourraient passer une semaine dans des suites d’hôtels de luxe sous des noms d’emprunt. En 1928, Capone acheta une retraite de 14 chambres à Palm Island en Floride, près de Miami Beach.

LA MAISON D’AL CAPONE SUR PALM ISLAND À MIAMI BEACH.

EN DATE DU 10 FÉVRIER 2014 LA MAISON D’AL COPONE À MIAMI EST À VENDRE POUR 8,5 MILLIONS.  CETTE VILLA DE 900 MÈTRE CARRÉ EST SITUÉ  SUR PALM ISLAND À MIAMI.  L’ACTUEL PROPRIÉTAIRE, UNE FIRME DE FLORIDE DIRIGÉE PAR LE COMPTABLE NEW-YORKAIS ANTHONY PANEBIANCO, L’A ACQUISE IL Y A À PEINE SIX MOIS POUR 7,4 MILLIONS DE DOLLARS.  

Construite en 1922 à la demande de Clarence Busch, issu de la famille de brasseurs Anheuser-Busch, elle a été rachetée six ans plus tard par le célèbre gangster, qui avait fait fortune dans la contrebande d’alcool pendant la prohibition.  Après sa mort due à la syphilis, la villa est restée dans la famille Capone jusque dans les années 70. Laissée à l’abandon par la suite, elle a été restaurée et vendue pour près de dix millions de dollars en 2011.



19a03ede0Al Capone dans à sa résidence de Miami.  Crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

f7d9fe00Al Capone avec sa mère après sa sortie de prison.

19b160960La maison du gardien.  Crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

La maison d’Al Capone sur Palm Island à Miami Beach au 93 Palm Ave.  Bâtie en 1922 et acheté en 1928 par Capone pour 40 000 $, il y ajouta un mur de façade, une maison d’invité, une maison à côté de la piscine pour héberger ses gardes du corps et une énorme piscine de 30 x 60.  Avec 7 chambres et six salles de bain elle mesure 100 pieds de façade sur Biscayne Bay x 300 profondeur et faisant 30 000 pieds carrés de surface habitable. En février 2012 la maison est en vente et estimé à 9 500 000.00 $ plus 20 000 euros de taxe par année.

LE MASSACRE DE LA SAINT-VALENTIN.

De gauche à droite, Peter Gusenberg sur une chaise, Albert Weinshank, Adam Heyer, John May, James Clark à côté de la paroi (Schwimmer est en vue suivante).

Deuxième photo de gauche à droite : Albert Weinshank, Adam Heyer, John May, Reinhart Schwimmer et James Clark à côté du mur. Peter Gusenberg est sur celle-là. Frank Gusenberg était à l’hôpital Alexian Brothers.

Le massacre de la Saint-Valentin, ils ont éliminé certains des ennemis de Capone, mais ont indigné l’opinion publique. Cest le nom donné à l’assassinat de sept personnes qui s’est produit le 14 février 1929 entre les deux puissantes mafias criminelles de Chicago, Illinois : le South Side (à prédominance italienne) de Chicago, dirigé par Al Capone et le North Side (à prédominance irlandaise) mené par Bugs Moran. Se déroulant dans le cadre historique de la Prohibition, cet évènement est considéré comme le dernier épisode de la guerre des gangs qui a ensanglanté Chicago dans les années 1920.

Les sept hommes tués, membres ou apparentés du clan mafieux de Bugs Moran représentent pour la plupart des caciques de l’organisation. Ce sont :

Six of the Seven Victims

Le seul survivant est le chien Highball.

1. Peter Gusenberg (1888-1929) 39 ans.  Peter Gusenberg alias "Goosey" (22 septembre, 1889 au 14 février, 1929) et son frère Frank étaient des tueurs à gages germano-américains et des membres de la North Side Gang de Chicago, le principal rival du Chicago Outfit.  Peter Gusenberg a participé à une attaque infâme sur Al Capone au cours d’une guerre des gangs.

À la fin de 1928 Bugs Moran a intauré une alliance avec le rival de Capone Joe Aiello. Aiello et les frères Gusenberg ont tués Antonio Lombardo puis Pasqualino "Patsy" Lolordo, deux présidents successifs de l’Union Sicilienne et les deux alliés de Capone. Ce sont ces meurtres qui ont motivé Capone à éliminer Bugs Moran et North Side Gang dans le massacre de la Saint-Valentin.

FrankGusenberg.jpg

2- Frank Gusenberg (1892-1929).  (Octobre 11, 1892 au 14 Février, 1929) était un tueur à gages germano-américain et une victime du massacre de la Saint-Valentin à Chicago le 14 février 1929.  Frank Gusenberg survivra trois heures aux 14 impacts de balles reçues ce soir là pendant son interrogatoire.  Frank Gusenberg a participé à la gigantesque fusillade dans le North Side effectuée sur le siège social de Capone, l’Hôtel Hawthorne à Cicero, Illinois, le criblant de milliers de balles le 20 septembre 1926. Selon de nombreux témoignages, l’avant-dernière voiture s’est arrêtée devant le restaurant de l’hôtel où Capone était recroquevillée et son frère Peter est apparut, vêtu d’une chemise kaki de l’armée, salopettes brunes et portant une mitraillette Thompson équipé d’une capacité d’un tambour de 100 balles. À genoux devant la porte, Peter Gusenberg a vidé tout son chargeur dans le restaurant, puis nonchalamment alla vers sa voiture, qui a ensuite filé au loin en toute sécurité. 


UNTITLED

3. Albert Kachellek, alias « James Clark » (1890-1929).  Le deuxième membre le plus important du clan Moran.

4. Adam Frank Heyer (1889-1929).  Le gestionnaire-comptable et homme d’affaires du clan Moran.

5. Reinhart Schwimmer (1900-1929).  Un opticien (sans formation) qui avait abandonné son emploi pour jouer sur les courses hippiques (sans succès) avant de s’associer avec le clan Moran.

albert Weinshank

6. Albert Weinshank (1893-1929) dit "le Gorille" fut confondu avec Bugs Moran.  Le teinturier de Bugs Moran, cultivant une ressemblance physique et vestimentaire avec son patron.

7- John May (1894-1929).  Le mécanicien automobile du clan Moran, mais pas un membre de clan lui-même. Il avait écopé de deux arrestations antérieures (sans condamnation), mais tentait de travailler légalement. Cependant, son besoin désespéré d’argent (il avait à charge une femme et sept enfants), l’avait conduit à accepter de travailler pour le clan.

VINCENZO ANTONIO GIBALDI alias JACK McGURN alias MACHINE GUN (1902-1936)

Vincenzo Antonio Gibaldi alias Jack McGurn alias Machine Gun (1902-1936) et sa régulière et alibi préféré, Louise May Rolfe  (1906-1995).  Bien que la police l’ait soupçonné dans l’affaire, il n’a jamais été traduit en justice en grande partie en raison de son «alibi blond" sa petite amie et future femme Louise May Rolfe qui a affirmé qu’ils ont passé la journée ensemble.

Jack "Machine Gun" McGurn, lui, est assassiné le 15 février 1936 par trois hommes avec des mitrailleurse.  Son principal fait d’armes reste le massacre de la Saint-Valentin, au cours duquel le gang d’Al Capone exécute dans une embuscade sept membres du gang de Bugs Moran, dit Le Cinglé.  Dès 1925, il prend des parts dans un club de jazz.  En 1930, il devient joueur de golf professionnel pour essayer de se faire oublier, mais il est arrêté (sur un parcours de golf), et sera emprisonné de 1933 à 1936.  Abandonné et appauvri, il meurt assassiné en 1936, le jour de la Saint-Valentin. Il a probablement été tué par Bugs Moran Le Cinglé en représailles de la tuerie qui avait décimé son gang le même jour sept ans plus tôt.

On croit que Capone a ordonné le massacre de la Saint-Valentin en 1929 dans le Lincoln Park de Chicago dans le quartier North Side. Les détails de l’assassinat des sept victimes dans un garage du 2122, rue Clark Nord (site de la SMC Carthage Co.) et l’étendue de l’implication de Capone est largement contestée. Personne n’a jamais été traduit en justice pour ce crime. Le massacre a été planifié par le Chicago Outfit » pour riposter à Bugs Moran ‘ et le North Side Gang (Gang du côté nord). Ils avaient été de plus en plus audacieux dans le détournement des camions de boissons alcoolisées et de l’équipement, l’assassinat de deux présidents de la Unione Siciliana, contrôleurs du Chicago Outfit, et ont fait trois tentatives d’assassinat sur Jack McGurn, l’un des principaux responsables du gang de Capone.

Pour surveiller les habitudes et les mouvements de leurs cibles, les hommes de Capone ont loué un appartement en face de l’entrepôt de camionnage qui a servi de quartier général à Moran. Dans la matinée du jeudi 14 février 1929, les surveillants de Capone ont signalé à des hommes armés déguisés en policiers de lancer une «attaque». Les faux policiers ont aligné les sept victimes le long d’un mur sans une lutte, et ont alors fait signe à leurs complices avec des mitrailleuses. Les sept victimes ont été mitraillées et abattues. Les photos des victimes du massacre ont choqué le public et ont terni la réputation de Capone. Les forces d’application de la loi fédérale enquêtèrent sur ses activités.

CONDAMNATION ET EMPRISONNEMENT.


Comparution au tribunal (entrée et sortie).


Reconstitution de la cellule d’Al Capone au pénitencier d’état de l’Est (Eastern State Penitentiary), Philadelphie.

Éliot Ness chef des Incorruptibles.

En 1929, le Bureau de la Prohibition et l’agent Éliot Ness a ouvert une enquête sur Capone et ses entreprises, en essayant d’obtenir une condamnation pour violation de la prohibition. Frank J. Wilson a enquêté sur les violations de l’impôt sur ​​le revenu de Capone, dont le gouvernement a convenu que ce délit serait plus probable pour une condamnation. En 1931, Capone a été inculpé pour fraude fiscale sur le revenu et de diverses violations de la loi Volstead (prohibition) à l’édifice fédéral de Chigaco dans la salle d’audience du juge James Herbert Wilkerson. Ses avocats ont conclu une entente sur le plaidoyer, mais le président les a avertis qu’il ne pourrait pas suivre la recommandation de la peine et des poursuites. Capone a retiré son plaidoyer de culpabilité.

Frank J. Wilson (1887-1822 Juin, 1970) était le chef des Services Secrets des États-Unis et un ancien agent du Bureau du Département du Trésor des recettes intérieures, plus tard connu comme le Service Interne du Revenu, et notamment en 1931 il se lança à la poursuite du ganster de Chicago Al Capone, représentant fédéral et il participa aussi au cas du kidnapping du petit  garçon de Charles Lindbergh.


Sa tentative de soudoyer et d’intimider les jurés potentiels a été découverte par les hommes d’Éliot Ness, Les Incorruptibles. Le juré a été remplacé par un autre, et Capone a été contrecarrée. Après un long procès, le 17 octobre le jury a rendu un verdict mixte, trouver Capone coupable de cinq chefs d’accusation d’évasion fiscale et le défaut de produire des déclarations de revenus (les infractions à la Loi Volstead ont été abandonnées). Le juge l’a condamné à 11 ans d’emprisonnement, à l’époque la plus longue peine d’évasion fiscale jamais donnée, avec de lourdes amendes, et des hypothèques légales ont été déposées contre ses diverses propriétés. Ses appels à la fois de la condamnation et de la sentence ont été rejetés. Une des propriétés de Capone saisit par le gouvernement fédéral, était une limousine blindée. La limousine a ensuite été utilisée pour protéger le président Franklin D. Roosevelt après l’attaque de Pearl Harbor.

Le "Sunshine Special" est la première voiture de la Maison Blanche à être considérablement modifié pour des raisons de sécurité. Cette Lincoln Spécial K de 1939 a été souvent utilisée par Franklin D. Roosevelt (1933-1945), avant la Seconde Guerre mondiale. Avant d’être modifié et de servir le président des États-Unis, ce fut la voiture personnelle d’Al Capone !

Éliot Ness chef des Incorruptibles.

Les vrais Incorruptibles ou Intouchables.

MEMBRES DE L’ÉQUIPE D’ÉLIOT NESS.

official Untouchables badge

Lyle Chapman (1890-1966): Ancien joueur de football du Colgate University, tacticien et enquêteur. Décédé d’une attaque cardiaque.

Lyle B. Chapman

Bernard "Barney" V. Cloonan (1896-1967): A servit comme marin dans la Première Guerre mondiale. Il a été agent fédéral de 1928 à 1960 puis 4 ans comme enquêteur en chef du Département du Revenue de l’Illinois.

Martin J. "Marty" Lahart Sr (1899-1975) : Cétait un agent du FBI et membre des "The Untouchables-Les Incorruptibles" groupe d’agents qui était dirigé par Éliot Ness. Lahart, était un ex-marine, et un américain d’origine irlandaise, sa carrière et l’histoire de sa vie est devenue source d’inspiration pour le personnage de Jimmy Malone, qui était un officier de la police de Chicago qui a été utilisé dans le film policier acclamé par la critique The Untouchables, qui mettait en vedette Kevin Costner dans le rôle d’Éliot Ness, et Sean Connery dans le rôle de Jimmy Malone.

Thomas "Tom" Friel : Ancien membre de la police d’état de Pennsylvanie.

William "Bill" Jennings Gardner (1884-1965) : C’était l’un Intouchables d’Éliot Ness, un groupe de 13 agents fédéraux de la force publique américaines qui, de 1929 à 1931, ont cherché à mettre fin à l’empire illégal d’Al Capone.  Ness a choisi Gardner pour son équipe parce qu’il était un expert en travail d’infiltration. Éliot Ness mettait sur ​​pied une équipe d’agents d’élite pour combattre l’impitoyable Al Capone. Ness voulait des hommes célibataires qui étaient précis au tirs et qui pourraient se gérer eux-mêmes dans un combat. Gardner a obtenu son divorce et il est devenu un agent de la prohibition. Il avait été un expert en civil dans une Division de Los Angeles et a participé à des raids sur les brasseries de Capone.

Ness a souvent noté que Gardner avait les pommettes hautes et un teint d’olive. Il a également été étonné de sa grande taille, il prit en note que Gardner tenait un fusil avec nonchalance. À près de 50 ans, Gardner était le plus ancien membre des "intouchables".

Quand Gardner a quitté les "Intouchables", il se mit à boire, aux jeux, et aux femmes qui l’ont conduit à sa chute. Il demeura jusqu’à sa mort à l’âge de 81 ans d’une maladie à l’hôpital des anciens combattants de Prescott en 1965. Il a été l’inspiration du personnage d’Abel Fernandez (William "Bill" Youngfellow) " agent pur-sang «Cherokee avec Robert Stack dans le rôle d’Éliot Ness dans la série originale de 1959-1963 originale The Untouchables – Les Incorruptibles, et aussi de Michael Horse, (George Steelman), l’agent amérindien de Tom Amandes dans le rôle d’Éliot Ness, dans la nouvelle série de 1993.

Michael "Mike" King : Possède un talent particulier pour analyser les faits.

Joseph "Joe" Leeson (1898-1944) : M. Leeson ayant de plus nobles aspirations pour lui et sa famille, il a quitté Jackson le 13 décembre 1928, et est devenu un agent de l’interdiction pour le département du Trésor américain. Il a d’abord étudié le droit à Detroit, Michigan, et après avoir passé des examens à l’Angola, il était prêt pour une aventure très dangereuse à Chicago. Joseph Leeson, âgé de trente ans, était le plus âgé des hommes et était célèbre dans toute la fonction comme un génie avec une automobile. Sa capacité en tant que conducteur était presque
légendaire. Il ne pouvait demeurer "derrière" la voiture d’un suspect, déposer pour éviter les soupçons et infailliblement ramasser l’autre voiture à nouveau. Il a été signalé par le juge Johnson dans le journal américain Chicago que le «succès des raids était due à Joseph Leeson, et Éliot Ness". "Les incorruptibles",  Joseph ne semblait pas avoir peur de passer à travers les portes des brasseries d’Al Capone.

Après Chicago, il est allé à Cincinnati et devint officier responsable de l’Unité fédérale de l’impôt sur l’alcool. Il a été envoyé à Hawaï et en Amérique du Sud. Plus tard, il a déménagé à San Francisco où il était quand il est mort.  Il s’est remarié le 17 juillet, 1941 à Marie Eisle et ils ont eu deux fille Pamela et Linda Leeson.

Paul Wenzel Robsky (1897-1973) Un expert en écoutes téléphoniques. (Il était le dernier des incorruptibles à mourir et est l’auteur d’un livre "Le dernier des intouchables." Robsky n’a jamais été un fan de la série télévisée. Il a souvent dit, contrairement à la série-télé, il n’y avait jamais eu de prise de vue, personne n’est mort, et "Nous n’avons jamais été vraiment en danger pendant les raids ou nos enquêtes. C‘était surtout un travail de routine.").

Paul Wenzel RobskyPaul Wenzel RobskyPaul Wenzel Robsky

Paul a servi dans l’armée du 7 novembre 1917 jusqu’au 22 mars 1927. En 1928, il était un agent qui chassaite les bootleggers dans les collines autour de Greenville, en Caroline du Sud. Il était bien connu pour sa conduite rapide et ses compétences de tir de précision. Il a fait une telle impression qu’en 1930, il a été choisi pour rejoindre le groupe de justiciers de Chicago, qui est devenu les The Untouchables – Les Incorruptibles. Il était un expert dans les écoutes téléphoniques et Élliot Ness l’a appelé «un homme bon à avoir autour de soi quand plus de courage était nécessaire." Paul a passé ses dernières années en Floride et était le dernier survivant des Intouchables.

Samuel "Sam" M. Seager : Un ancien des Death Row de Sing Sing et agent des services correctionnels au couloir de la mort.

Sam Seager

Un des membre de l’équipe était un germaphobe. Sam Seager, un "ex-gardien de prison de Sing Sing de 105 kg et 6’2, n’a jamais utilisé une salle de bains d’hôtel avant de la laver au complet avec de l’acide phénique. Apparemment les germes lui faisait plus peur que les balles.

Les deux remplaçants :

Jim Seeley : Un ancien détective privé.

Albert H. "Wallpaper" Wolff (1903-1998) : Transféré à Chicago des collines du Kentucky peu après le jour du massacre de la Saint-Valentin. Wolff a été consultant technique sur le film de 1987 et a montré à l’acteur Kevin Costner des choses comme la façon dont les agents de son époque manipulaient les armes. En 1945, il a pris sa retraite de la fonction publique et est entré dans le secteur de la restauration à Chicago.   Il a rapidement eu le surnom de Wallpaper parce que quant il était huissier de justice, et qu’une entreprise faisait faillite, il saisissait tout même le papier peint.  Par la suite il a travaillé au service interne du revenu et au bureau des alcool, tabac et armes.  Après la sortie du film en 1987 il est devenu une petite célébrité et des journalistes venaient lui demander des entrevues.

Outre les intouchables, M. Wolff a aussi occupé les postes de l’enquêteur avec l’Internal Revenue Service et le Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms.

Le cœur brisé quand sa femme de 60 ans, Hannah, est mort en 1985, son esprit a été considérablement augmenté lors du tournage de la version 1987 du film "Les incorruptibles" ont commencé à Chicago, sa fille a dit. Bien qu’il n’aimait pas la série télévisée, quand l’acteur Kevin Costner, qui joue le rôle de Ness dans le film, a demandé à M. Wolff pour obtenir des conseils techniques, il était heureux d’obliger.

Le film a fait M. Wolff Une petite célébrité, avec des magazines nationaux et des nouvelles du réseau montre arriver à sa porte pour faire des entrevues.

- See more at: http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=/search%3Fq%3Dalbert%2Bh.%2Bwolff%26sa%3DX%26hl%3Dfr%26biw%3D1440%26bih%3D708&rurl=translate.google.ca&sl=en&u=http://articles.chicagotribune.com/1998-03-23/news/9803230146_1_eliot-ness-albert-wolff-mr-wolff&usg=ALkJrhiTW-GvZA46UmmZo6ONCP7Z2wOu-Q#sthash.f7r6OVqV.dpuf

Il a rapidement gagné un surnom vie, "Wallpaper" Wolff. Comme assistant de l’huissier de justice, il était connu pour dépouillant les bureaux des entreprises en faillite, en prenant "tout sauf le papier peint." – See more at: http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=/search%3Fq%3Dalbert%2Bh.%2Bwolff%26sa%3DX%26hl%3Dfr%26biw%3D1440%26bih%3D708&rurl=translate.google.ca&sl=en&u=http://articles.chicagotribune.com/1998-03-23/news/9803230146_1_eliot-ness-albert-wolff-mr-wolff&usg=ALkJrhiTW-GvZA46UmmZo6ONCP7Z2wOu-Q#sthash.f7r6OVqV.dpuf
Il a rapidement gagné un surnom vie, "Wallpaper" Wolff. Comme assistant de l’huissier de justice, il était connu pour dépouillant les bureaux des entreprises en faillite, en prenant "tout sauf le papier peint." – See more at: http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=/search%3Fq%3Dalbert%2Bh.%2Bwolff%26sa%3DX%26hl%3Dfr%26biw%3D1440%26bih%3D708&rurl=translate.google.ca&sl=en&u=http://articles.chicagotribune.com/1998-03-23/news/9803230146_1_eliot-ness-albert-wolff-mr-wolff&usg=ALkJrhiTW-GvZA46UmmZo6ONCP7Z2wOu-Q#sthash.f7r6OVqV.dpuf
Il a rapidement gagné un surnom vie, "Wallpaper" Wolff. Comme assistant de l’huissier de justice, il était connu pour dépouillant les bureaux des entreprises en faillite, en prenant "tout sauf le papier peint." – See more at: http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=/search%3Fq%3Dalbert%2Bh.%2Bwolff%26sa%3DX%26hl%3Dfr%26biw%3D1440%26bih%3D708&rurl=translate.google.ca&sl=en&u=http://articles.chicagotribune.com/1998-03-23/news/9803230146_1_eliot-ness-albert-wolff-mr-wolff&usg=ALkJrhiTW-GvZA46UmmZo6ONCP7Z2wOu-Q#sthash.f7r6OVqV.dpuf
Il a rapidement gagné un surnom vie, "Wallpaper" Wolff. Comme assistant de l’huissier de justice, il était connu pour dépouillant les bureaux des entreprises en faillite, en prenant "tout sauf le papier peint." – See more at: http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=/search%3Fq%3Dalbert%2Bh.%2Bwolff%26sa%3DX%26hl%3Dfr%26biw%3D1440%26bih%3D708&rurl=translate.google.ca&sl=en&u=http://articles.chicagotribune.com/1998-03-23/news/9803230146_1_eliot-ness-albert-wolff-mr-wolff&usg=ALkJrhiTW-GvZA46UmmZo6ONCP7Z2wOu-Q#sthash.f7r6OVqV.dpuf

Agent non officiel :

Frank Basile (1905-1930) : Ami, chauffeur et assistant d’Éliot Ness. Un ancien prisonnier que Éliot Ness avait réhabilité, Basile a été tué lors d’un attentat sur la vie de Ness par un gangster appelé Tony Napoli.  Il était souvent présent pour les déscentes dans les brasseries, même s’il n’était pas un agent. 


En mai 1932 Capone a été envoyé au pénitencier d’Atlanta aux États-Unis, mais il a réussi à obtenir des privilèges spéciaux. Plus tard, pendant une courte période de temps, il a été transféré à la prison de Lincoln Heights. Il a été transféré à Alcatraz le 11 aout 1934, qui avait été récemment transformé en prison sur une ile au large de San Francisco. Les gardiens ont exercé une sécurité opaque pour couper le contact de Capone avec ses collègues. Son isolement et l’abrogation de la Prohibition en décembre 1933, qui lui ont fait perdre une source importante de revenus, a diminuer sa puissance. 

Les photos de prisonnier d’Al Capone à Alcatraz.

Au cours de ses premiers mois à Alcatraz, Capone s’est fait un ennemi en montrant son mépris pour l’ordre social de la prison, où il est passé devant tout le monde alors que les prisonniers étaient en attente d’une coupe de cheveux. James Lucas, un braqueur de banque texan de 30 ans, aurait confronté l’ancien dirigeant du syndicat et lui a dit de revenir à la fin de la ligne. Lorsque Capone lui a demandé s’il savait qui il était, Lucas aurait attrapé une paire de ciseaux du coiffeur et, les tenant au cou de Capone, a répondu «Oui, je sais qui vous êtes, greaseball (boule de graisse). Et si vous ne retournez pas à la fin de cette putain de ligne, je vais savoir qui vous étiez. "

James Crittenton Lucas alais Texas Bank Robber  (11 juin 1912 au 28 novembre 1998) était un criminel Américain  qui a purgé une peine d’emprisonnement à vie à Alcatraz. Il est surtout connu pour avoir été impliqué dans une tentative d’évasion du pénitencier d’Alcatraz en 1938, et pour avoir attaqué Al Capone. Il a été condamné à 30 ans pour vol de banque, vol de véhicules et meurtres.

Attaque sur Capone.

Le 23 juin 1936, Lucas a poignardé Al Capone dans le dos avec une paire de ciseaux du coiffeur de la prison. Capone avait travaillé à la blanchisserie dans une zone de 10 pieds (3 m) de distance.  Lucas a été envoyé à l’isolement après son attaque sur Capone. 

Capone a été admis à l’hôpital de la prison avec une blessure mineure et relâchée quelques jours plus tard. En outre, sa santé déclinait à cause de la syphilis qu’il avait contractée dans sa jeunesse et qui avait progressé. Il a passé la dernière année de sa peine à l’hôpital de la prison, confus et désorienté. Capone a terminé son incarcération à Alcatraz le 6 janvier 1939, et a été transféré à la prison fédérale de Terminal Island, en Californie, pour faire une année d’emprisonnement pour outrage au tribunal, il a été condamné à purger sa peine de prison dans le comté de Cook à la prison de Chicago. Il a été libéré sur parole le 16 novembre 1939, et, après avoir passé un peu de temps à l’hôpital, est retourné à son domicile de Palm Island en Floride.

PLUSIEURS ANNÉES PLUS TARD SA MORT.


Le taux de criminalité en 2013 vs 1929.

Le contrôle des intérêts à l’intérieur du gang de Capone a diminué rapidement après son emprisonnement. De plus, 20 ans de vie carcérale avaient sérieusement ravagé sa santé. Il avait perdu du poids, et son état ​​de santé physique et mentale s’était détérioré sous l’effet de la neurosyphilis. En 1946, son médecin et un psychiatre de Baltimore ont effectué des examens et ont conclu que Capone avait alors la capacité mentale d’un enfant de 12 ans. Il a souvent vanté les communistes, les étrangers et Bugs Moran, dont il était convaincu qu’ils complotaient de le tuer depuis sa cellule de prison en Ohio.

Dans l’impossibilité de reprendre sa carrière criminelle, Capone a passé les dernières années de sa vie dans son manoir en Floride. Le 21 janvier 1947, Capone a eu un accident vasculaire cérébral AVC. Il a repris conscience et a commencé à se remettre, mais a contracté une pneumonie. Il a subi un arrêt cardiaque fatal le lendemain. Le 25 janvier 1947, Al Capone est mort dans sa maison, entourée de sa famille, et est enterré au Cimetière du Mount Carmel à Hillside en Illinois.

1dc6b3130

Al Capone dans son cercueil de bronze. Crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

ed57ae00Masque mortuaire d’Al Capone, Crédit Mario Gomes, My Al Capone Museum.

DANS LA CULTURE POPULAIRE.

Le pistolet d’Al Capone, un colt 38. Un pistolet ayant appartenu au célèbre gangster américain Al Capone a été vendu aux enchères 109 000 dollars (87 690 francs) à Londres.

Son Colt .25 semi-automatique pistolet pour une poche de veste est estimé entre 10 000 $ et 15 000 $.

Les paroles de la chanson Madonna Mia, qu’il a écrite en prison pour sa femme estimé entre 40 000 et 50 000 $.

L’un des gangsters américains les plus notoires du 20ème siècle, Capone a fait l’objet de nombreux articles, des livres et des films. La personnalité et le caractère de Capone ont été utilisés dans la fiction comme un modèle pour les seigneurs du crime et ses commanditaires depuis sa mort. L’image stéréotypée d’un gangster vêtu d’un costume rayé bleu et d’un Fédora inclinée est basée sur des photos de Capone. Son accent, les manières, la construction du visage, la stature physique et les parodies de son nom ont été utilisés par de nombreux gangsters dans les bandes dessinées, les films, la musique et la littérature.

LES VOITURES DE CAPONE.

Sa première voiture ayant été criblée de balles, Al Capone commanda en 1928 une Cadillac de 40 cv.  Il l’a payée 40 000 dollars.  Elle pesait 3,5 tonnes.  Sa carrosserie était entièrement blindée (normal!), le réservoir d’essence était doublé d’acier. Le pare-brise et les fenêtres pare-balles avaient 4 à 5 cm d’épaisseur (prudence élémentaire). Elle était équipée d’une vitre arrière amovible, pour que le tireur puisse opérer plus commodément (sur un éventuel poursuivant aux intentions meurtrières).  Elle était dotée d’une sirène de police et d’un coffre rempli d’armes camouflés derrière la banquette arrière.


La voiture et son propriétaire - Cadillac 1928 berline blindée d’Al Capone. Comme on peut le constaté en 1932, montrant une lunette arrière pour les mitrailleuses.

Cette berline, de type 341A Town Sedan fabriquée sur le châssis numéro 306449, aurait été vendue par Capone à l’époque où il avait été emprisonné pour une affaire d’évasions fiscales, en 1932.   Cette Cadillac avait une carrosserie peinte en vert et noir pour ressembler aux autos qu’utilisait la police de Chicago à l’époque. Elle avait aussi une sirène et un projecteur orientable fixé au montant du pare-brise.

Son acheteur avait demandé qu’elle soit conçue de sorte à le protéger des tirs ennemis. Voilà pourquoi on l’avait dotée de près de 1 400 kg de blindage à l’épreuve des balles utilisant des plaques d’acier et de plomb enveloppées d’amiante, de même qu’un vitrage de 2,5 cm d’épaisseur.

Restaurée à quelques reprises, cette voiture aurait perdu son vitrage blindé (qui avait tendance à jaunir rapidement). Par contre, on lui a laissé sa lunette arrière qui s’abaisse à l’aide d’une manivelle, et qui était prévue à l’origine pour servir de meurtrière au besoin.  De même, les vitres latérales avaient été conçues pour être relevées un peu plus que nécessaire, juste assez pour faire apparaître des ouvertures circulaires du diamètre d’un canon de mitraillette destinées à permettre un tir latéral sur des voitures ennemis roulant en parallèle !

Cette voiture unique à laquelle les experts de RM Auctions prêtent une valeur de 300 000 à 500 000 $ sera offerte aux collectionneurs durant l’encan qui a eu lieu le 28 juillet 2012, dans le cadre du Concours d’Elegance of America à Plymouth, au Michigan.


Cadillac V16 de 1930.

La Duesenberg Willoughby 1930 d’Al Capone.

LITTÉRATURE.

  • Capone est en vedette dans une suite du film de Mario Puzo, The Godfather (Le Parrain) comme un allié d’un parrain de la mafia de New York où il envoie, à la mafia » une demande de deux boutons » hommes « de tuer Don Vito Corleone, à son arrivée à New York, les deux hommes sont interceptés et sauvagement assassinés par Luca Brasi, après quoi Don Corleone envoie un message à Capone l’avertissant de ne pas interférer encore et Capone apparemment capitule.
  • Capone est en vedette dans le roman de Kinky Friedman, The Love Song de J. Edgar Hoover (1997). 
  • Capone est un antagoniste fictif de Hergé dans Tintin en Amérique et est référencée dans Tintin au Congo. Il est le seul personnage réel représenté dans la série des Aventures de Tintin. 
  • Al Capone est référencé dans le livre de fiction historique de Gennifer Choldenko de 2004, les Al Capone Does My shirts, et sa suite Al Capone fait briller mes chaussures. 
  • Dans un livre de photographies intitulé New York City Gangland (2010), Capone et son allié contrebandier de NY, Giuseppe "Joe le Boss" Masseria, apparaissent dans les portraits « beauté » de baignade du temps de la prohibition.
  • Capone a été réincarné et est un personnage important dans l’œuvre de l’auteur de science-fiction Peter F. Hamilton, La Trilogie de l’aube.
  • L’apparence de Capone a été le modèle pour le mannequin du méchant de Batman le ventriloque, le bien nommé Scarface.
  • La nièce de Capone, Deirdre Marie Capone, a écrit un livre intitulé Uncle Al Capone:. The Untold Story from inside his family, (Al Capone : La vraie histoire venant de sa famille).
  • Al Capone est un personnage central dans l’imaginaire du roman Cosa Nosferatu, qui imagine Capone et Éliot Ness empêtré avec Randolph Carter et d’autres éléments de H.P. Lovecraft Mythos.
  • Al Capone est le personnage central de Armitage Trail.  Le roman de Scarface (1929), qui a servi de base pour le film de 1932 du même nom.

FILMS ET TÉLÉVISION.

Capone a été dépeint à l’écran par :


  • Neville Brand dans la série télévisée Les Incorruptibles et de nouveau dans le film L’histoire de George Raft (1961) avec Jayne Mansfield.







  • Anthony LaPaglia dans La route de la perdition (2002), dans une scène supprimée.


  • Julian Littman dans Al’s Lads (2002)





Autres acteur ayant joué des personnages approchant de Capone :

MUSIQUE.

  • Prince Buster , le musicien de rock et de ska jamaïcain, a eu son premier succès au Royaume-Uni avec le simple "Al Capone" en 1967.


  • The Specials , un groupe de vieux succès britannique, a retravaillé la piste de Prince Buster dans leur premier simple, "Gangsters", qui a présenté la ligne "Ne m’appelez pas Scarface!"


Graffiti d’Al Capone fait par des admirateurs Partizan de Belgrade, en Serbie.

  • Paper Lace , "The Night Chicago Died" est une chanson par le groupe britannique Paper Lace, écrit par Peter Callander et Mitch Murray. La chanson a atteint le numéro un sur le Billboard Hot 100 pendant une semaine en 1974. Il s’agit d’une fiction entre le Gang d’Al Capone et la Police de Chicago, une phrase de la chanson "Quand un homme du nom d’Al Capone a essayé de faire de cette ville la sienne il a appelé ses troupes à la guerre contre les forces de l’ordre »



  • Al Capone est référencé massivement dans l’album Prodigy la piste "Al Capone Zone", produit par, The Alchemist et y figurant Keak Da Sneak.


  • Al Capone a transcrit une chanson d’amour appelé Madonna Mia en prison. En mai 2009, son interprétation de la chanson a été enregistrée pour la première fois dans l’histoire. 


  • Il est référencé dans une chanson homonyme du chanteur brésilien Raul Seixas.


  • Son nom apparait aussi dans la chanson Stone Cold Crazy de Queen.


  • La chanson de Megadeth Public Enemy No. 1 est de Al Capone.


  • Al Capone est référencé dans les paroles de chansons du groupe: TESLA. (Album: Resonance Mechnical, année : 1986 La chanson: Modern Day Cowboy, piste 7 "Al Capone et son bad boy Jones …".).


  • "Al Capone" est une chanson de Michael Jackson. Elle a été enregistrée au cours de son époque Bad (vers 1987), mais n’a pas été incluse sur l’album. La chanson a été endisquée en septembre 2012 à l’occasion du 25ème anniversaire de Bad. Le vidéo est au début de la chronique.



Vidéo non officiel. Personnellement, j’aime mieux celui-là.

  • Baby Capone de Sylvie Vartan 1968.


SPORT.

  • Les admirateurs du club de football serbe Partizan, utilisent le personnage d’Al Capone comme une mascotte pour un de leurs sous-groupes appelés "Alcatraz", nommée d’après une prison où Al Capone a purgé sa peine. Aussi, en l’honneur de Capone, un graffiti, une représentation de lui qui existe dans le centre de Belgrade.

POUR EN SAVOIR PLUS, LECTURES.

  • Capone, Deirdre Marie; Uncle Al Capone – The Untold Story from Inside His Family. Recap Publishing LLC, 2010. ISBN 978-0-9828451-0-3
  • Hoffman Dennis E. Scarface Al and the Crime Crusaders: Chicago’s Private War Against Capone. Southern Illinois University Press; 1st édition (November 24, 1993) ISBN 978-0-8093-1925-1
  • Kobler, John. Capone: The Life and Times of Al Capone. New York: Da Capo Press, 2003. ISBN 0-306-81285-1
  • Macdonald, Alan. Dead Famous – Al Capone and his Gang Scholastic.
  • Pasley, Fred D. Al Capone: The Biography of a Self-Made Man. Garden City, New York: Garden City Publishing Co., 2004. ISBN 1-4179-0878-5
  • Schoenberg, Robert J. Mr. Capone. New York: HarperCollins Publishers, 1992. ISBN 0-688-12838-6
  • Helmer, William J. Al Capone and His American Boys: Memoirs of a Mobster’s Wife. Bloomington: Indiana University Press, 2011. ISBN 978-0-253-35606-2

Précédé par
Johnny Torrio

Patron du Chicago Outfit
1925-1932

Successeur
Frank Nitti

PHOTOS DE FAMILLE.

Al Capone et son neveu Ralph "Risky" Capone.

Al Capone et sa petite-fille Deirdre Mary Capone en 1946.

Albert Francis "Sonny" Capone, sa femme, son père Al Capone (après sa sortie de prison) et sa mère Mae Capone.

RÉFÉRENCES :

http://en.wikipedia.org/wiki/Al_Capone

 http://www.myalcaponemuseum.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s