LA PETITE HISTOIRE DU : TAJ MAHAL.


SITE WEB OFFICIEL DU TAJ MAHAL

Le Taj Mahal (en hindi : ताज महल, en ourdou et persan : تاج‌محل), qui signifie « Palais de la Couronne », est situé à Agra, au bord de la rivière Yamunâ dans l’État de l’Uttar Pradesh en Inde. C’est un mausolée de marbre blanc construit par l’empereur moghol Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais ». Elle meurt le 17 juin 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu’elle allait à la campagne. Elle trouve une première sépulture sur place dans le jardin Zainabad à Burhanpur. À sa mort, survenue le 31 janvier 1666, son époux fut inhumé auprès d’elle.

Le shâh Jahân et son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais.

Les tombes du shâh Jahân et de sa femme Mumtaz Mahal.

Le Taj Mahal est considéré comme un joyau de l’Architecture moghole, un style qui combine des éléments architecturaux, des architectures islamique, iranienne, ottomane et indienne.

Portrait posthume de Mumtaz Mahal (1593-1631), femme de l’empereur moghole Shah Jahan (1592 – 1666). À Delhi, autour de 1840.

La construction commence en 1631. Cependant, il demeure une incertitude sur la date exacte de la fin des travaux. Le chroniqueur officiel de Shâh Jahân, Abdul Hamid Lahori indique que le Taj Mahal est achevé fin 1643 ou début 1644. Mais à l’entrée principale une inscription indique que la construction s’est achevée en 1648. L’État de l’Uttar Pradesh, qui a célébré officiellement le 350e anniversaire de l’édifice en 2004, affirme quant à lui que les travaux se sont achevés en 1654. Parmi les 20 000 personnes qui ont travaillé sur le chantier, on trouve des maîtres artisans venus d’Europe et d’Asie centrale. Il est considéré que l’architecte principal fut Ustad Ahmad Lahauri de Lahore.

Le complexe du Taj Mahal.

Le Taj Mahal est construit en utilisant des matériaux provenant de diverses régions de l’Inde et du reste de l’Asie. Plus de 1 000 éléphants sont employés pour transporter les matériaux de construction durant l’édification. Le marbre blanc est extrait du Rajasthan, le jaspe vient du Panjâb, la turquoise et la malachite du Tibet, le lapis-lazuli du Sri Lanka, le corail de la mer Rouge, la cornaline de Perse et du Yémen, l’onyx du Deccan et de Perse, les grenats du Gange et du Boundelkand, l’agate du Yémen et de Jaisalmer, le cristal de roche de l’Himalaya. En tout, 28 types de pierres fines ou ornementales polychromes ont été utilisés pour composer les motifs de marqueterie incrustés dans le marbre blanc.

Le dôme central du tombeau est entouré par quatre minarets identiques, qui s’inclinent vers l’extérieur de telle sorte qu’en cas de tremblement de terre, ils s’écroulent dans la direction opposée au tombeau. À la gauche du monument se trouve une mosquée, faite de grès rouge, qui a été construite afin de sanctifier l’endroit et fournir un lieu de culte aux pèlerins. Du côté droit, se trouve une réplique symétrique exacte de la mosquée, connue sous le nom de jawab (« réponse »), destinée à maintenir la symétrie architecturale mais qui n’est pas employée comme mosquée car elle n’est pas orientée vers La Mecque. Enfin, à l’avant du monument se trouvait le charbâgh (« quatre jardins ») traditionnel persan planté d’arbres, et où poussaient des fleurs en abondance. Le vice-roi britannique Lord Curzon a remplacé ce jardin par des pelouses typiquement britanniques.

George Nathaniel Curzon (1859-1925) 1er marquis et baron Curzon de Kedleston. Gouverneur général des Indes de 1899 à 1905. Mary Victoria Leiter  (1870-1906) vice-reine des Indes.

Ils ont eu trois filles au cours d’un mariage heureux : Mary Irène, qui a hérité de la Baronnie de Ravensdale de son père et a été créé pair à vie, Cynthia Blanche, qui est devenue la première femme du politicien Sir Oswald Mosley, et Alexandra Naldera (« Baba »), qui a épousé Edward DudleyMetcalfe, le meilleur ami, le meilleur homme et écuyer d’Édouard VIII. Mosley a exercé une étrange fascination sur les femmes Curzon: Irène a eu une brève liaison avec lui avant, qu’ils soient mariés, Baba devint sa maîtresse, et la seconde épouse de lord Curzon, Grace Helvina Hinds (1879-1958), a eu une longue liaison avec lui.  Lady Curzon n’a jamais été en mesure de donner à Curzon le fils et héritier qu’il souhaitait désespérément, un fait qui a érodé leur mariage, qui a pris fin par une séparation, mais pas de divorce.

Joyau le plus parfait de l’art musulman en Inde, il est l’un des chefs-d’œuvre universellement admirés du patrimoine de l’humanité.  Le complexe du Taj Mahal est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983 et est l’une des sept nouvelles merveilles du monde.

ARJUMAND BÂNU BEGAM surnommé MUMTÂZ-I MAHAL parfois simplifié en MUMTÂZ HAHAL, en persan et ourdou, la merveille du palais, est l’une des épouses de l’empereur moghol Shâh Jahân.

Arjumand naît en avril 1593 à Âgrâ, dans une famille noble d’origine iranienne. Son père est le Âsaf Khân III, le frère de Nûr Jahân, l’épouse de Jahângîr. Elle se marie à l’âge de dix-neuf ans, le 10 mai 1612, au prince Khurram qui montera plus tard sur le trône du Paon. Elle est sa troisième épouse, mais va devenir sa favorite.

On ne sait pas grande chose la concernant, sauf qu’elle était renommée pour sa beauté, chantée par les poètes de son vivant, et que son mariage fut une histoire d’amour – ce ne devait pas être si courant à son époque et dans son univers – qui laissa son empreinte dans l’imaginaire indien, au nord tout au moins.

Arjumand accompagnait son époux dans ses visites de l’empire ainsi que dans ses campagnes militaires. C’est au cours d’une de ces dernières, contre les Lodi dans le Dekkan, qu’elle meurt, à Burhanpur, en donnant naissance à son quatorzième enfant, le 17 juin 1631. Elle y est inhumée temporairement dans les jardins de Zainabad jusqu’au 11 décembre de la même année.

Arjumand Bânu Begam est alors transférée et inhumée à Âgrâ où le Taj Mahal est construit pour être son mausolée.

La descendance de Shâh Jahân et Arjumand Bânu Begam :

  1. Huralnissa Begam, (30 mars 1613, 14 juin 1616)
  2. Jahânârâ Begam, (2 avril 1614, 6 septembre 1681)
  3. Dârâ Shikôh, (30 mars 1615, 8 septembre 1659), le fils aîné, il meurt des mains de son frère Aurangzeb au cours des troubles pour la succession sous prétexte d’hérésie.
  4. Mohammed Shujâ Bahadur, (3 juillet 1616, 1660)
  5. Raushanarâ Begam, (3 septembre 1617, 1671)
  6. Mohinnudin Mohammed Aurangzeb, (3 novembre 1618, 21 février 1707).
  7. Ummid Baksh, (18 décembre 1619, mars 1622)
  8. Surayya Banu Begam, (10 juin 1621, 28 avril 1628)
  9. Murâd Baksh, (8 septembre 1624, 14 décembre 1661)
  10. Luftallah, (4 novembre 1626, 14 mai 1628)
  11. Daulat Afza, (9 mai 1628, ???)
  12. Husnara Begam, (23 avril 1630, ???)
  13. Gauhara Begam, (17 juin 1631, 1706)
  14. Enfant mort-né

Divers

Les jardins Shalimar (Shalimar Gardens).

  • Jacques Guerlain a créé en hommage à la princesse indienne, Mumtaz Mahal, son parfum Shalimar, élaboré en 1921, mais qui fut présenté seulement en 1925 lors de l’Exposition internationale des arts décoratifs de Paris, au Grand Palais.

RÉFÉRENCES :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Taj_Mahal

http://fr.wikipedia.org/wiki/Arjumand_B%C3%A2nu_Begam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s